Revenir à la rubrique : Société

La ressource en eau continentale de bonne qualité, avec quelques dégradations localisées

L’Office de l’eau Réunion dresse un bilan de l’état physico-chimique et chimique des cours d’eau et des nappes d’eau souterraines du territoire, pour l’année 2017 :

Ecrit par N.P – le jeudi 03 janvier 2019 à 11H05

Une ressource en eau de bonne qualité

La qualité physico chimique des rivières reste satisfaisante. Au regard de l’analyse des matières azotées et phosphorées, seule la Ravine Saint Gilles présente un état moyen sur le paramètre phosphore total. Pour les substances nitrate et orthophosphate, toutes les stations présentent un état bon à très bon.
 
L’état qualitatif des eaux souterraines reste également bon sur 82% des points suivis. Les aquifères présentent une plus forte sensibilité aux pollutions par les nitrates. 27% des stations suivies sont classées en état moins que bon, bien que cette proportion soit en recul depuis deux ans.
 
Un phénomène de salinisation est mis en évidence sur les aquifères de Saint-Paul, La Saline-Trois Bassins et du Gol.
 
Un effort analytique conséquent sur les micropolluants

En 2017, la surveillance de micropolluants concerne 654 molécules pour les cours d’eau et 726 molécules pour les nappes souterraines ; la surveillance portait sur 250 molécules les années précédentes. Les limites de quantification ont également été abaissées pour certains paramètres.
 
Cet effort analytique se traduit par un nombre de détections deux à trois fois plus important.
 
En plus des molécules retrouvées habituellement, la présence de substances nouvelles, telles que le perchlorate, est mise en évidence pour la première fois sur plusieurs masses d’eau du département.


*Les résultats présentés ci-dessus sont issus des réseaux d’observation de l’Office de l’eau composés de 32 stations en cours d’eau et 44 stations en eau souterraine.
 
*L’état physico-chimique et chimique des cours d’eau et des aquifères du bassin Réunion s’établit en comparant les moyennes annuelles à des valeurs seuils pour les paramètres nutriments et salinité d’une part, et sur la base des détections et quantifications en micropolluants d’autre part.
 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion intensifie sa lutte contre la cybercriminalité face à l’escalade des attaques

Face à une augmentation des cyberattaques à La Réunion, le préfet Jérôme Filippini a lancé un appel à la vigilance lors d’une conférence de presse ce lundi. Il a souligné l’importance de la sensibilisation et de l’adoption de bonnes pratiques pour se protéger des menaces numériques. En 2023, 14 incidents ont été rapportés à l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) sur La Réunion, reflétant une tendance croissante, bien que de nombreuses attaques restent non signalées.

Cilaos : “Les pétrels de Barau doivent être au-dessus de toute polémique, la SEOR devra l’apprendre”

En pleine période d’envol des pétrels juvéniles et face à un échouage massif dans le cirque de Cilaos, la SEOR avait saisi du Tribunal administratif en référé pour enjoindre à la commune d’éteindre son éclairage public. Une requête rejetée « bien que les mesures prises par la commune n’aient pas été suffisamment anticipées et s’avèrent perfectibles ». Dans un communiqué, la municipalité se félicite de cette décision et déplore que cette affaire ait causé “de graves préjudices à la commune”.

[Communiqué] Prix à la consommation à La Réunion : +0,6 % en mars 2024 et +4,1 % sur un an

En mars 2024, l’indice des prix à la consommation augmente de 0,6 % à La Réunion après une hausse de 0,2 % en février. Les prix de l’alimentation poursuivent leur hausse : le passage de Belal se fait toujours sentir. Les prix de l’énergie continuent également d’augmenter. Les prix des produits manufacturés repartent à la hausse alors que ceux des services se stabilisent.
Sur un an, l’indice des prix à la consommation augmente davantage à La Réunion (+4,1 %) qu’au niveau national (+2,3 %).