Revenir à la rubrique : Société

La préfecture lance une étude de marché sur les produits de la pêche et de l’aquaculture à La Réunion

La Direction de la mer Sud océan Indien (DMSOI) a mandaté les cabinets VIA AQUA et BG Sea Consulting pour réaliser une étude relative à l’organisation et la structuration du marché des produits de la pêche et de l’aquaculture à La Réunion.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 27 janvier 2021 à 10H11

Cette réflexion répondait aux objectifs suivants :

–  Préparer au mieux la prochaine période de programmation des fonds européens en contribuant à identifier les domaines d’investissements,
–  Améliorer les parts de marché de la production locale en affirmant son positionnement face aux produits importés,
–  Optimiser la structuration de la filière et le rôle des différents acteurs.

 Dans ce contexte de crise sanitaire, la durabilité et la résilience de la filière sont aussi des enjeux prépondérants venant compléter ces objectifs structurels.

 Les différentes phases de l’étude
 
Phase 1 : entre fin février et la mi-mars 2020 ; les cabinets retenus sont aller à la rencontre des opérateurs de la filière pêche et ont procédé à l’analyse de données (des obligations déclaratives des professionnels, des données de l’IFREMER, des exports/imports des Douanes, de l’enquête budget des ménages de l’INSEE, des données prix de l’ARIPA…)
 
Phase 2 : la collecte des données a ensuite permis d’établir un diagnostic précis de la filière.
 
Phase 3 : à partir du diagnostic, des scenarri ont eté discutés lors d’ateliers participatifs.
 
Les axes prioritaires
 
–  Une priorité à conserver au contrôle des activités de pêche et de la filière,
–  Un raisonnement sur l’articulation producteurs – marché et la réalisation d’enquêtes « consommateurs »,
–  La reconnaissance d’une organisation de producteurs (OP) unique et la garantie d’apport sur le marché local,
–  Une identification et une communication sur les produits pêchés à La Réunion,
–  La mise en place d’un plan de préservation et de développement de la pêche artisanale côtière,
–  L’évolution progressive de l’interprofession regroupant la grande majorité des opérateurs de l’amont à l’aval,
–  L’évolution des modèles d’exploitation des grands pélagiques,
–  La mise en place d’un observatoire de filière,
–  La relance de l’aquaculture.
 
Le scénario final proposé par VIA AQUA et BG Sea Consulting, qui ne constitue pas une prise de position de l’Etat, a été discuté avec les représentants de la filière et les principales parties prenantes, lors d’une réunion de travail qui s’est tenue le 17 décembre 2020 à l’IAE à Saint-Denis. 
 
L’ensemble des représentants de la filière ont salué la qualité de l’analyse effectuée et s’est engagé à travailler pour définir des actions coordonnées de mise en œuvre avec le soutien et l’accompagnement des professionnels.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.