Revenir à la rubrique : Social

La Poste : FO, SUD et la CGTR ne veulent pas de la flexibilité

Les employés de la Poste de Saint-Denis, rue Maréchal Leclerc, refusent la "secabilité" présentée par la direction. Ils entament leur deuxième semaine de mouvement.

Ecrit par Ludovic Grondin – le lundi 27 septembre 2010 à 11H40

« Sous le terme de « secabilité » se cache finalement ce que nous redoutons, la flexibilité du personnel. Mais cette flexibilité ne répond pas à notre demande de nouvelles embauches ». C’est en ces termes que réagit Daniel Carron, secrétaire fédéral départemental adjoint de FO.

Cette fameuse secabilité a été testée sur Saint-Louis. Au lieu de deux jours prévus dans la semaine, les employés de la Poste du Sud ont finalement dû se résigner à le faire tous les jours de la semaine. « Il se passera la même chose ici », ajoute le représentant syndical.

« Vendredi dernier, la direction avait fait part d’un communiqué affirmant que tous les courriers seraient distribués normalement. Ils nous ont fait croire détenir un plan B, où est le plan B ? Je peux dire que nous sommes 60% du personnel à grever aujourd’hui », ironise Michel Johny, représentant de SUD PTT.



Des embauches plutôt que des primes

Les représentants du personnel refusent le projet « Facteur d’avenir » car « il va aggraver les conditions d’emploi et ne pas permettre de nouvelles embauches. Environ 50% du personnel est contractuel », rappelle Daniel Carron.

Afin de leur faire accepter le projet, la direction leur a proposé de remplacer des collègues absents pour congé maladie afin de bénéficier d’une promotion ou encore de primes. « Mais notre attente est ailleurs, il faut embaucher », dit le syndicaliste « car la population de Saint-Denis a augmenté ».

Aujourd’hui, 24 tournées sur 34 ne sont pas assurées sur le secteur de Saint-Denis.

Des représentants des trois syndicats viennent de rencontrer la direction qui leur a confirmé une fin de non-recevoir aux principales revendications. Les grévistes campent toujours aux alentours de la rue piétonne pour une durée illimitée.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.