Revenir à la rubrique : National

La moitié des adolescents français en état de « souffrance psychologique »

L’UNICEF, dans son dernier rapport, indique que près de la moitié des adolescents français est en état de « souffrance psychologique ». Pire, près de trois sur dix ont déjà eu des pensées suicidaires. Cette enquête doit être remise ce mardi aux secrétaires d’État à la Famille, Laurence Rossignol, et à la Lutte contre l’exclusion, Ségolène Neuville.   […]

Ecrit par S.I – le mardi 23 septembre 2014 à 16H39

L’UNICEF, dans son dernier rapport, indique que près de la moitié des adolescents français est en état de « souffrance psychologique ». Pire, près de trois sur dix ont déjà eu des pensées suicidaires. Cette enquête doit être remise ce mardi aux secrétaires d’État à la Famille, Laurence Rossignol, et à la Lutte contre l’exclusion, Ségolène Neuville.

 

Cette étude, menée par internet auprès de 11.232 enfants et adolescents français âgés de 6 à 18 ans, confirme les résultats de la précédente, à savoir que 17 % des enfants et adolescents consultés se trouvent en « situation de privation matérielle ».

Privation matérielle, mais également « faiblesse de liens » avec son entourage social, à savoir la famille, les amis ou encore l’école.

Ainsi, près de quatre enfants sur dix disent avoir des relations tendues avec leur mère (42,7%) ou leur père (41,7%). Une proportion non négligeable d’interrogés disent aussi ne pas se sentir valorisés par son père (23 % des 15 ans et plus), ou sa mère (11% des 15 ans et plus).

 

À l’école, plus de 45% des enfants sondés se disent vraiment angoissés de ne pas réussir assez bien à l’école. De plus, plus d’un tiers des enfants et adolescents disent avoir été harcelés ou ennuyés par des camarades.

Catherine Dolto, pédiatre et psychothérapeute, a indiqué au Monde qu’un trop grand nombre d’enfants « se sentent à la dérive dans le tournant de l’adolescence ». Ces derniers, pour cacher « une immense solitude, un désarroi qui étouffent insidieusement le désir de vivre », se tournent vers l’alcoolisme, la drogue ou pire, le suicide.

D’ailleurs, 28% des 12-18 ans ont avoué avoir eu l’idée de le faire, et 11% confient avoir déjà tenté l’expérience.

Sociologue et directeur de recherches au CNRS, Serge Paugam affirme d’ailleurs que « le harcèlement sur les réseaux sociaux joue un rôle crucial ans le passage à l’acte, multipliant les risques par trois ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La grande reporter Mémona Hintermann s’interroge sur une contagion calédonienne

Dans une chronique publiée dans la Dépêche, la Réunionnaise s’interroge sur une possible contagion de la situation en Nouvelle-Calédonie sur les autres territoires ultramarins. L’ancienne membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel dresse un tableau alarmant de la situation des Outre-mer, en taclant au passage le président de la République et les élus locaux.

Sniffy : Une poudre blanche énergisante à inhaler par le nez inquiète

Encore peu connue du grand public, Sniffy, poudre blanche énergisante, vient de débarquer sur le marché dans l’Hexagone, mais fait déjà l’objet de controverses et pourrait bientôt être interdite par la loi. Cette poudre blanche, qui s’inhale par le nez, suscite l’indignation des spécialistes de l’addictologie, qui y voient une incitation à consommer de la cocaïne.

Footballeurs péi pro : L’étrange saison qui a du mal à relier deux générations

Alors que la plupart des championnats européens se sont arrêtés le week-end dernier, l’heure du bilan a commencé pour tout le monde. Une saison assez particulière pour les footballeurs réunionnais qui n’est pas la plus faste en termes de présence sur les terrains professionnels de l’Hexagone. La faute, peut-être, à une jonction de générations qui met du temps à se faire. Néanmoins, entre le départ de Dimitri Payet au Brésil, le succès de Melvine Malard en Angleterre et une relève qui arrive, la saison a été riche en changements. Retour sur une année assez particulière pour les footballeurs réunionnais.