Revenir à la rubrique : Politique

“La meilleure part doit revenir aux planteurs”, a dit Jean-Claude Fruteau

Dans cette nouvelle hausse du prix de la tonne de la bagasse, c’est le député-maire de Saint-Benoît qui a introduit l’amendement qui a été validé par le Premier ministre François Fillon.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le vendredi 10 juillet 2009 à 18H50

Jean-Claude Fruteau était heureux après l’annonce faite par le Premier ministre, des 10 à 13 € pour la tonne de bagasse.

“Je crois qu’il ne faut pas bouder son plaisir. C’est vraiment l’aboutissement d’un combat que nous avons mené tous ensemble, professionnels et élus”.

“Il est vrai que j’ai pris une part active dans ce combat, simplement parce que j’étais persuadé qu’il fallait apporté un nouvel horizon, un nouvel avenir à la filière canne, sucre, rhum, à laquelle, il faut désormais ajouter la bagasse”.

“Et je tiens avant tout à remercier le Premier ministre François Fillon, d’avoir répondu à l’attente des professionnels et des élus de La Réunion”.

Sur la vidéo, le député-maire Jean-Claude Fruteau explique qu’il faut que les planteurs et la filière canne, parviennent à tirer le meilleur de cette avancée.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

François Asselineau vient prôner la « Réunionexit »

Accéder à la députation européenne pour mieux combattre Bruxelles, c’est le but que poursuit François Asselineau. Le chantre du Frexit vient prendre connaissance des réalités réunionnaises jusqu’à ce samedi et tenter de convaincre que la France et donc La Réunion se porteraient mieux sans l’UE, sans sa monnaie unique et sans l’OTAN.