Revenir à la rubrique : Patrimoine

La maison à pompe de l’Étang-Salé

A la sortie sud de la baie de l'Etang-Salé, des murs de pierres sèches et de moellons retenus entre elles par l’argamasse mélanges de sable, de chaux et de pierres, sont encore visibles.

Ecrit par Sabine Thirel – le samedi 31 janvier 2009 à 08H05

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

Deux murs parallèles coupent la plage de corail et de roches basaltiques pour s’avancer vers la mer. Il s’agit cependant de deux constructions différentes. La première située plus près de la baie abritait la première maison à pompe. Mais, le marais salant ravitaillé en eau du bord de mer donnait un sel de mauvaise qualité.

 

Alors le propriétaire et dernier exploitant, Charles Robin, fait installer des canalisations et des pompes pour prélever l’eau de mer plus au large.
Cet assemblage de pierres, encore surmonté d’une sorte de petite tourelle, est la seconde maison qui abritait  la pompe chargée d’équilibrer l’arrivée de l’eau de mer qui approvisionnait les marais salants. Exploités pendant plusieurs siècles, surtout en été, ils donnaient un beau sel. En 1924, Clémencin Honorine spécialiste des salines, vient mettre ses compétences à la disposition de Robin. L’eau de mer pompée pour arriver jusqu’aux salines, sèche sur un sol brut.

 

On fabriquait bien du sel à l’Etang Salé mais le nom donné à la ville viendrait du petit plan d’eau autrefois alimenté par les marées qui s’avançait à certaines périodes de l’année, dans la baie jusqu’à la place de la mairie aujourd’hui. La baie, à part une petite partie située près du port, « le bassin pirogues », ne possède pas de barrière de corail,  est donc sujette, surtout en hiver, à des rentrées de forte houle .
En 1946, à la mort d’Honorine, les marais sont désertés, malgré une tentative de relance par les héritiers Robin, ils sont finalement abandonnés.

 

Même si  dans l’histoire de la ville, il est précisé : « Nous n’avons pas référencé de monuments historiques ni d’immeubles protégés sur la ville de l’Étang-Salé. » D’autres vieux murs appartenant à Charles Robin dans les années1920, restent visibles à l’Etang-Salé, comme le parc à huitres ; le canal d’évacuation du surplus d’eau dans le marais salant encore utilisé ; le four à chaux  ainsi que les vestiges de la maison du gardien de la maison à pompe, détruite par les assauts de la mer sur la côte ouest pendant le passage de Gamède en février 2007.

Sources : Le Patrimoine Des Communes De La Réunion.Auteur:Collectif- Editeur : Flohic- Collection:Le Patrimoine Des Communes De France- Parution : 21/11/2000

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Gran Mèr Kal en spectacle pour sauver les pétrels noirs de Bourbon

Le 11 novembre, le Vieux Domaine à la Ravine-des-Cabris accueille le spectacle « Kala le fantôme de Mahavel ». Un concert précédé d’une exposition photo afin de raviver la légende de Gran Mèr Kal, mais également afin de sensibiliser le public à la protection de son animal totem : le pétrel noir de Bourbon.

La Montagne: Réouverture du sentier des Anglais

Après un an de réaménagements, l'ancien "sentier marron" qui descendait La Montagne pour rejoindre Saint-Denis, a été inauguré ce matin par l'ONF et le Conseil Général. Sur les 3,5 km de sentier...

Zinfosblog de Robert Gauvin : Défendre le passé ou préparer l’avenir?

D’aucuns nous accusent d’être des passéistes, des rétrogrades, des égoïstes arc-boutés sur leurs privilèges, nous qui voulons défendre le patrimoine architectural réunionnais ? C’est assurément une manière un peu simpliste sinon caricaturale de voir les choses, car pour nous, défendre le patrimoine, c’est prendre le parti de ce qui fait la beauté, l’originalité de nos villes et qui est bien menacé ; nous voulons par exemple dans la zone patrimoniale de Saint-Denis, œuvrer à la restauration d’un « quartier créole » comme on parle du « Carré français » de la Nouvelle-Orléans. Nous pourrions pour cela nous inspirer de ce que des villes et villages du monde entier, en France, en Allemagne, en Italie ont su faire ; nous pourrions restaurer nos cases créoles avec leurs varangues, leurs barreaux, leurs jardins, leurs guétalis, leurs fontaines ? Ne serait-ce pas là une belle contribution au patrimoine de l’humanité ?