Revenir à la rubrique : Social

La lutte contre le chômage se gagne déjà devant les Pôle Emploi

Jean-Pierre Técher et Georges Arhiman n'en sont pas à leur coup d'essai. Sur la pointe des pieds, mais déterminés, ils ont distribué ce matin devant les portes du Pôle Emploi de Savanna Saint-Paul des tracts appelant au réveil des chômeurs. Il faudra compter sur eux en 2012 préviennent-ils, et pas que dans l'Ouest.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 19 janvier 2012 à 16H10

 

Quoi de mieux que les grilles du Pôle Emploi pour éveiller les consciences. Las de rester « dans leur coin », les chômeurs ont mieux à faire en se mobilisant pour venir à bout de ce fléau.

Le message des différentes associations présentes (Maillon Economique, Agir Contre le Chômage (AC !), ADEP), représentées notamment par Jean-Pierre Técher et Georges Arhiman, est bien rodé. 2012 n’est pas que l’année d’élections importantes, elle est aussi celle d’informations passées sous silence, pensent-ils.

« Savez-vous qu’au 1er janvier la loi qui dispensait les plus de 58 ans de rechercher du travail a été abrogée. A-t-on parlé de la fin de l’Agence Départementale d’Insertion ? », questionne Georges Arhiman. « L’ADI a été remplacée par le Pôle de solidarité active », perdant en cours de route, « comme par enchantement des milliers d’inscrits », selon le représentant d’association. « Nous, nous sommes le Pôle d’exclusion », rigole-t-il.

« C’est à nous, chômeurs de nous réveiller » 

« Le gouvernement avait fait du chômage sa priorité », insiste-t-il. Force est de constater que les promesses n’ont pas été tenues « par Sarkozy », complète Jean-Pierre Técher, insatiable défenseur des sans-emploi. Mais à tout bien peser, « tous les politiciens » ont fait défaut. Les premières cibles de choix des deux porte-voix sont bien nos parlementaires locaux, coupables de n’avoir produit aucun texte en ce sens.

Pour ceux qui se demanderaient si à l’heure des bons amis, leurs associations respectives se mouilleront pour un candidat, les deux compères sont catégoriques: « Non, évidemment que non ! Stop à la politique politicienne. C’est à nous, chômeurs de nous réveiller ». Une chose est certaine, le probable candidat Sarkozy ne trouve grâce aux yeux de Jean-Pierre Técher. « Ou la trompe a moin un coup, ou trapera pas moins deux coups ! Mais i faut reconnaître que le boug i cause bien », ce qui fera sourire la poignée de sympathisants des associations de chômeurs présentes.

Très modestement, sans faire d’esclandre devant les portes de Pôle Emploi de Savanna, la petite équipe y va de son tract distribué à chaque demandeur qui sortira du bâtiment. Ils espèrent bien « être le petit grain de sable qui va enrayer la machine », dixit Jean-Pierre Técher. Leur « bureau d’information populaire », le bien nommé « BIP » continuera d’alerter les demandeurs d’emploi ailleurs qu’à Saint-Paul dans les prochains mois.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : Les syndicats en appellent à l’arbitrage du préfet

Selon l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, l’administratrice provisoire de la Croix Marine se serait prononcée en faveur de la liquidation de l’association dès le mois de septembre. Les élus du CSE et les syndicats réclament la négociation au préalable d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

L’administratrice de la Croix Marine recadrée par l’Inspection du travail

A la veille des négociations pour le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de la Croix Marine, qui s’ouvrent ce mercredi matin, l’Inspection du travail a fait parvenir un courrier à l’administratrice provisoire de l’association Michelle Narayani, la rappelant à ses devoirs d’information aux élus du CSE, mais aussi aux salariés s’agissant de leurs possibilités de reclassement ou de transfert dans des structures équivalentes.