Revenir à la rubrique : Social

La FER à Penchard : « Que toute la Réunion devienne une zone franche globale »

Les représentants de la FER ont demandé une rencontre à la Ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, en visite sur l'île la semaine prochaine. Déçus des propositions du président de la République Nicolas Sarkozy après les États généraux, ils demandent une mesure concrète qui serait la solution adaptée à la Réunion, telle qu'une zone franche globale pour l'ensemble des activités économiques de l'île.

Ecrit par Karine Maillot – le jeudi 19 novembre 2009 à 17H14

La FER (Fédération des entreprises réunionnaises) n’a pas fait parler d’elle ces dernières semaines mais compte bien se faire entendre lors de la visite de la Ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, présente dans notre département la semaine prochaine. Un mot d’ordre : « Que toutes les activités de la Réunion soient intégrées dans une zone franche globale ». Aux yeux des représentants du collectif, aucune mesure n’est prise par le gouvernement sur le court terme pour sauver les petites entreprises réunionnaises à l’agonie malgré l’annonce de Nicolas Sarkozy dans le cadre du CIOM (Conseil interministériel de l’Outre-mer).

« 7.000 emplois ont été supprimés cette année » rappelle Ibrahim Patel, président de la Commission commerce de la CCIR, qui craint que ce chiffre n’atteigne la barre des 10.000, d’ici la fin de l’année. « Les entreprises réunionnaises doivent supporter les 50 euros d’augmentation des salaires négociée par le Cospar avec le Medef » rappelle le porte-parole des commerçants, qui précise que les TPE ont pour un  grand nombre perdu jusqu’à 70% de chiffre d’affaire, pendant que d’autres ont dû mettre la clé sous la porte.

Une zone franche globale et l’application de la Lodeom, « pas plus chères que les mesurettes du gouvernement »

De plus, le Collectif espère que la ministre de l’Outre-mer sera porteuse de bonnes nouvelles, telle que l’application du décret de la Lodeom. « Une zone franche globale pour toutes l’île et l’application de la Lodeom ne coûteraient pas plus cher que les mesurettes pour les DOM annoncées par le chef de l’Etat » indique Joël Mongin, président de la FER.

Suppression de la taxe professionnelle : « Une très bonne chose »

La FER considère par ailleurs que la suppression de la taxe professionnelle est « une très bonne chose », même si les maires ne sont pas contents… « Les maires crient au scandale aujourd’hui, mais ils nous ont bien souvent oublié lors de l’attribution des marchés publics, au profit à chaque fois des multinationales » s’insurge l’homme de terrain.

La FER a donc demandé a rencontré Marie-Luce Penchard la semaine prochaine. Le programme de la ministre n’a pas encore été communiqué.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Débrayage des préparateurs en pharmacie au CHOR

Une vingtaine de préparateurs en pharmacie hospitalière ont manifesté leur colère ce jeudi et ont pris part au mouvement de grogne nationale. Ils demandent notamment une révision des échelons et l’officialisation du diplôme d’État.

L’avenir du Quotidien de La Réunion entre les mains du tribunal de commerce

Alfred Chane-Pane et Henri Nijdam ont défendu leur projet respectif de reprise du Quotidien, mercredi après-midi à la barre du tribunal de commerce de Saint-Denis. Le premier a fait valoir le fait qu’il détenait une imprimerie ultra-moderne, tandis que le second a rehaussé son compte courant d’associés à 1,5 million d’euros. Le délibéré interviendra le 3 avril.