Revenir à la rubrique : Social

La descente aux enfers d’un pâtissier “viré” de son “travail”

X a 38 ans, Il (sur)vit au Port. Il travaillait comme pâtissier dans une coopérative industrielle de l’Ouest. Le 3 novembre, il a été licencié. En proie à une difficile séparation, le 4 novembre à 16 heures, il a tenté de mettre fin à ses jours. Après des semaines de coma et de chirurgie, recueilli par un cousin, X a voulu témoigner…

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 16 décembre 2008 à 12H18

X était pâtissier dans une entreprise, remise sur pied, grâce à l’argent de la Coopérative ouvrière de La Réunion (COR) créée elle-même en 1992 par 226 dockers, des responsables du PCR et de la CGTR Ports et docks.
A titre de rappel à partir de 1994, 204 dockers ont été “virés” du capital de manière apparemment illégale. Ce contentieux est désormais devant la Commission d’arbitrage de la Confédération générale des Scop. Le délibéré qui devrait intervenir vers le 22 décembre, devrait être suivi d’une plainte au pénal. Affaire à suivre…
Revenons à la coopérative industrielle de pâtisserie et boulangerie à la direction de laquelle se trouve un parent par alliance du PDG de la COR. Comme pour les dockers, au delà du manque de respect envers la personne humaine, il y a surtout le traitement auquel est soumis le personnel.
“La coopérative a signé une convention pour prendre quatre stagiaires. La direction fait tout qu’ils partent avant la fin du contrat, fin de janvier 2009. Un apprenti a déjà quitté l’entreprise”.
Pour X, la situation est différente. Salarié de la structure et en proie à des difficultés conjugales, “deux fois, moin l’a demandé pour sortir, la direction a dit oui”. Mais vers la fin d’octobre, il est convoqué pour un entretien préalable à son licenciement “parce que mi sortait trop”.
X a tenté d’expliquer que sa situation est difficile et qu’il a besoin de travailler. “La direction aurait pu l’écouter. X, c’est quelqu’un qui ne comptait pas ses heures. Il utilisait sa voiture personnelle pour faire les livraisons en retard. Ses nombreuses heures supplémentaires n’étaient pas payées, et son essence non plus”, raconte un ancien employé de la coopérative qui tente de lui trouver le soutien d’un syndicat.
Le 3 novembre, X est licencié. Le 4 novembre à 16 heures, il avale une substance similaire à de l’acide ou de la soude, achetée trois semaines auparavant. C’est lorsque qu’il a vomi du sang et que la souffrance a été trop forte qu’il a appelé son cousin à l’aide.
X en a réchappé, à l’exception de sa trachée artère et de son appareil digestif. “Mi mange et mi boit grâce à une perfusion”. X a également un trou d’un centimètre de diamètre dans un poumon. “Mi connaît pas si un jour, mi pourra remanger normalement”.
A sa sortie de l’hôpital de Terre-Sainte, Saint-Pierre, X toujours actionnaire de la coopérative industrielle, mais licencié de son entreprise, est désormais sans ressources. “Il n’a pas encore reçu son solde de tout compte. Il ne peut même pas prétendre à l’Assédic”, constate son ex-collègue.
Si X a souhaité raconter son histoire et dénoncer les conditions de travail au sein de la coopérative, c’est pour éviter qu’un autre de ses ex-collègues n’en arrive à des gestes aussi extrêmes.
X a choisi de témoigner parce qu’aujourd’hui, d’une part, il assume son geste “c’est fait, c’est fait”, et d’autre part, parce qu’il a décidé de se battre pour survivre et vivre…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.

Association Croix Marine : « Les emplois seront préservés, c’est l’engagement du préfet »

Après sa rencontre avec le préfet Jérôme Filippini, l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974 a rassuré les grévistes de la Croix Marine en les assurant de la volonté des services de l’État de relancer l’activité de l’association d’ici le milieu de la semaine. Depuis le retrait de son agrément de mandataire de service pour les majeurs protégés, la Croix Marine ne peut plus effectuer de virement sur les comptes bancaires de 1.474 adultes sous tutelle ou curatelle.

Une « déficience de l’organisation générale » à l’origine des problèmes de l’association Croix Marine

Dans un rapport de la Direction du travail daté du 24 mai, les manquements de la direction et les mauvaises relations avec l’ancienne présidente de l’association figurent au premier plan des explications sur les dysfonctionnements de la Croix Marine. La mission d’inspection a ainsi constaté un nombre élevé de démissions ou d’arrêts maladie dans les différents services, avec pour conséquence la difficulté que rencontrent les majeurs protégés pour joindre leur tutrice.