Revenir à la rubrique : Social

La CGPME inquiète pour les petites entreprises

La CGPME est inquiète concernant l’impact de la crise actuelle sur les entreprises réunionnaises qui est, selon elle, « sans précédent« .     Le syndicat patronal appelle donc tous les acteurs de la société réunionnaise à « prendre conscience de la diversité des entreprises réunionnaises, à préserver le tissu des petites entreprises (87%  des entreprises ont moins […]

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mardi 10 mars 2009 à 10H03

La CGPME est inquiète concernant l’impact de la crise actuelle sur les entreprises réunionnaises qui est, selon elle, « sans précédent« .  
 
Le syndicat patronal appelle donc tous les acteurs de la société réunionnaise à « prendre conscience de la diversité des entreprises réunionnaises, à préserver le tissu des petites entreprises (87%  des entreprises ont moins de 10 salariés) menacées en premier lieu dans leur existence par les nombreuses faillites en cours« .
 
En effet, « celles-ci doivent faire face à des problèmes conjoncturels mais surtout à une faiblesse de leurs fonds propres aggravée par la chute de leur chiffre d’affaire, des retards de paiement de leurs clients eux-mêmes en difficultés… et dans le même temps à un  raccourcissement des délais de règlement fournisseurs« .
 
Par ailleurs :  
 
• 32 % des artisans perçoivent moins que le SMIC et peuvent prétendre au RSA.   
• 62 % des artisans ont une rémunération inférieure à 1.5 SMIC
 
Pour la CGPME, « leur imposer une augmentation salariale reviendrait tout simplement à leur faire mettre la clé sous la porte pour nombre d’entre elles« . Il y a donc urgence « en premier lieu à préserver les commerces et les entreprises de nos quartiers, de nos villes et de notre région« . 
 
« N’ajoutons pas la pression sur des entrepreneurs qui n’ont plus de lisibilité« , conclut la CGPME. « Ne rajoutons pas la crise à la crise. De nombreuses TPE sont désormais menacées« .

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.