Revenir à la rubrique : Actu Ile de La Réunion

Kosa lo vré resèt rougay sosis ?

Le rougail saucisses, fierté culinaire péi, ne cesse d’être revisité, défiguré, et les polémiques fusent. Pourquoi diable ces saucisses suscitent-elles autant d'intérêt ?

Ecrit par NP – le mardi 04 janvier 2022 à 21H00

Qu’est ce qui crée les pluies de critiques qui tombent  à l’annonce d’une nouvelle falsification du rougail saucisses ?  Notre « caritologue » André Béton a son avis sur la question : il n’est pas question de simples critiques mais d’amour et d’identité culturelle : « Le rougail saucisses porte en lui toute la fierté réunionnaise”.

 

Un amour de rougail saucisses !

Telle la devise de La Réunion “Florebo quocumque ferar”, à savoir,  “Je fleurirai partout où je serai planté”, le rougail saucisses fleurit dans le cœur des Réunionnais et de ceux qui y ont goûté.

“Malgré lui, le rougail saucisses a intégré cette devise de La Réunion et il est transporté partout où il est planté. Dès qu’il y a un Réunionnais, dès qu’il y a quelqu’un qui est passé à La Réunion et qui veut revenir à un goût réunionnais, il fait un rougail saucisses ! », constate t-il.

 

Souvent copié, jamais égalé

Le rougail saucisses de La Réunion est un indémodable, “un voyage à travers le temps”, pour André Béton. « Un voyage à travers l’amour du pays, les racines. Les racines permettent de voler vers les autres ».

Rajouter son grain de sel dans une recette qui fait la fierté de l’île peut donc attirer les foudres, mais là encore, son succès n’est que plus grand : « Ça prouve la réussite du pari réunionnais dans le monde”, assure M. Beton.

Peut-on y déverser sa créativité ? Y verser de la crème, le mélanger à des grains ou en faire une version à la crevette ? Oui et non… Si on modifie la recette, le caritologue conseille tout simplement “de ne pas appeler ça rougail saucisses”, parce que ça n’en sera pas un !

Votre recette du rougail saucisses

Aux poivrons, en quiche ou pourquoi pas à la pomme, en attendant la prochaine pâle copie du véritable rougail saucisses, souvent copié, jamais égalé, envoyez-nous vos plus beaux plats !

Et pou zot, #SaMemKreol ?

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] « Le Président dévoile sa vraie nature »

Perceval Gaillard réagit à la prise de parole du président de la République hier. Si Emmanuel Macron a affirmé qu’ « aucun parti ne peut appliquer son programme, ni le NFP, ni la majorité présidentielle, ni la droite républicaine », pour le député Insoumis, « le Président dévoile sa vraie nature et celle du régime : une monarchie présidentielle ». Son communiqué :

[Communiqué] Le PLR affiche son soutien : « Lucie Castets doit être notre nouvelle Première ministre »

Le PLR d’Huguette Bello, alors pressentie comme première ministre d’un gouvernement NPF, a rapidement réagi à la proposition d’installer Lucie Castets à Matignon. Une décision que le PLR salue d’autant que la prise de parole du président de la République a inquiété. « Le PLR s’indigne face à ce déni de démocratie et à ce mépris du Président de la République qui refuse de reconnaître le résultat des élections législatives, faisant ainsi violence au peuple souverain ». Le communiqué du PLR :

Emmanuel Macron repousse tout remaniement à « la mi-août », après les Jeux Olympiques

Face aux pressions de la gauche pour nommer Lucie Castets comme Première ministre, Emmanuel Macron a déclaré qu’aucun changement gouvernemental n’aurait lieu avant « la mi-août », après les Jeux olympiques. « J’ai choisi la stabilité avec des ministres qui ont eu un engagement remarquable », a affirmé le président, ajoutant que « nous ne sommes pas en mesure actuellement de changer les choses ».