Kamasucre [Chroniques Érotiques]

[KAMAZONE] #PetiteSoiréeCiné


Rédigé le Jeudi 6 Juillet 2017 | Par Aphrodite | Lu 4177 fois | 0 commentaire(s)


Voici la chronique érotique d'Aphrodite ! Bonne lecture !


Vous aussi envoyez-moi vos textes (via Facebook, par message privé)
Vous aussi envoyez-moi vos textes (via Facebook, par message privé)
Ce soir c’est décidé on va regarder ce film tant attendu, tant médiatisé : 50 nuances de Grey… Mon amie Adèle est à la maison, les enfants sont gardés, mon mari travaille, lumière tamisée, petits tapas et coupe de champagne sont de la partie.

Le film est prêt quand Adèle reçoit un message d’un de ses amis : il souhaiterait passer boire un verre. Et là je vois une lueur dans ses yeux : « tu veux qu’il vienne chez toi ? » me demande t’elle avec malice. J’avoue que l’envie me dévore.

Une semaine avant j’étais chez elle, nous étions prêtes à aller nous coucher lorsqu’il est passé dire bonsoir. Nous étions tous les trois assis sur ce canapé d’angle et je sentais dans son regard cette envie de nous manger toutes les deux. Moi aussi ce désir me tenaillait : sa bouche semblait délicieuse, chaque geste qu’il faisait éveillait en moi une excitation profonde, et la tension qui régnait était palpable. Ce soir là il est parti après sa bière et avec mon amie nous nous sommes regardées et avions ri de cette situation. Elle aussi avait ressenti cette connexion et mes rêves furent mouvementés…
Alors sur un coup de tête j’accepte qu’il monte. Elle envoie : « Je suis chez Nina, nous allions regarder 50 Nuances, monte le regarder avec nous si tu veux »

A l’instant où elle envoie son message, j’ai une boule au ventre et des questions se bousculent : Qu’est ce que je suis en train de faire ? Bon on peut juste regarder le film.. Mais non arrête de dire des conneries, vu comment on s’est chauffés la semaine dernière on ne va pas que regarder un film… et mon mari qui bosse ? La vie est courte… Bon, je ne suis pas obligée de faire quoique ce soit…

« Non annule » je lui demande. « Trop tard chérie, il arrive dans vingt minutes »
Et commencent les vingt minutes d’angoisse les pires de ma vie. Une excitation dévorante mêlée à une peur insaisissable. Une coupe de champagne ne me suffit pas, il me faut quelque chose de plus fort pour ce que je m’apprête à faire. Adèle est dans le même état que moi, elle ouvre alors mon vieux rhum arrangé et nous buvons un petit verre chacune. Plus que dix minutes… La température monte, j’ai chaud, le rhum y est sûrement pour quelque chose mais j’ai tellement fantasmé sur ce moment que je suis déjà toute excitée. Une douche, quelques bougies, une tenue un peu plus sexy que la petite blouse de « mémé » et que la fête commence.

21h24 j’entends cogner à la porte, plus de retour possible, il est là. Adèle me regarde encore plus incertaine que moi du déroulement des évènements et se dirige vers la porte d’entrée…

Olivier, grand, métissé, entre et s’installe dans le canapé pour regarder le film une bière à la main. Le film démarre. Adèle s’éclipse quelques minutes, et je me retrouve seule avec lui, avec cette bouche voluptueuse, ses yeux noirs ébène, ce regard pénétrant. J’ai beaucoup de mal à avoir une discussion tellement la situation m’excite. Il me regarde et là je m’approche et je l’embrasse. Ses lèvres sont douces, sa langue sucrée. Nous nous lançons dans un baiser fougueux et entrainant. Il plonge ses yeux dans les miens et là j’ai su que ce que j’allais faire ce soir allait changer ma petite vie tranquille de femme mariée…

Adèle arrive et lance « ah les coquins, vous commencez sans moi… »
« Dépêche toi »  dis-je entre deux coups de langue. Adèle arrive, l’embrasse à son tour. Les voir se prendre la bouche m’excite encore plus, je me pose alors derrière elle, Adèle se met à califourchon sur lui. Mes mains caressent sa nuque, son dos, ses seins, elle a une poitrine tellement généreuse. Je passe alors ma main sous son chemisier, je sens le bout de ses tétons qui durcissent sous mes caresses, je les pince, elle émet un petit bruit sourd, elle aime ça…

J’enlève son haut, je veux goûter, poser ma langue sur cette poitrine, mais Olivier ne m’en laisse pas le temps, il m’embrasse à pleine bouche à travers l’épaule d’Adèle, elle lui lèche le cou, mes mains, toujours sur ses seins. Adèle se détourne de son cou et nous nous regardons tous les trois. Je ne vois que deux belles bouches humides rosées et charnues, elles m’attirent. Je pose alors avec douceur ma bouche sur celle d’Adèle car je ne sais comment elle va réagir, elle me rend mon baiser avec fougue. Je passe de bouche en bouche, de langue en langue. Nos langues se mélangent. Ma bouche descend sur le cou d’Adèle, ses seins pointent vers moi, durcis par mes caresses, leur galbe est parfait. Je lèche son téton, le prends dans la bouche,  je n’ai jamais rien vu d’aussi beau, sa poitrine est magnifique, je sens son téton gonfler sous mes dents, Olivier me rejoint. Nous nous embrassons sur ses seins, à tour de rôle nous goutons, mordons et savourons les gémissements de mon amie.

Mes doigts descendent jusqu’à sa culotte, je la soulève et glisse délicatement mon index. Elle est toute humide, je pose mon doigt sur son clitoris, Adèle gémit de plus en plus fort, Olivier lui mange les seins, je pénètre mon doigt dans sa fente, elle est chaude et toute mouillée. Adèle se laisse complément aller. Je lèche mon doigt, elle semble avoir un goût exquis. Je veux boire ce nectar, je lui murmure dans l’oreille de se mettre assise sur le canapé et me place entre ses jambes. Olivier lui, est à mes côtés.

Il est encore trop vêtu. Je lui enlève son polo dévoilant des pectoraux fermes et musclés. Une main sur son torse et une main sur sa chatte je sens ma mouille à travers ma culotte. Je pénètre deux doigts dans son entre cuisse tout en suçant la langue de l’homme à genoux à côté de moi. Mes doigts dégoulinent de mouille, il faut qu’il goûte à ce nectar. Je lui enfonce mes doigts dans sa bouche il les lèche, les suce. Je les insère à nouveau dans cette chatte ouverte.

Son clitoris est gonflé, je n’ai qu’une envie, le prendre et le sucer. Je m’approche passe une langue sur tout son sexe. J’adore son goût, sa peau est douce épilée et sucrée. Je commence à la lécher, je sens son corps se raidir sous mes coups de langue, elle se cambre, Olivier est derrière moi il me caresse les fesses, je suis cambré à mon tour dévoilant mes fesses généreuses, il enlève mon string et glisse un doigt en moi. Je gémis à mon tour sur la chatte d’Adèle. Cela donne encore plus d’insistance dans mes coups de langue ; je sens Adèle qui se laisse de plus en plus partir, elle gémit et respire de plus en plus fort.

Olivier s’occupe de moi, il pose sa bouche sur mes fesses, me lèche goulument, me poussant à en faire de même sur la vulve de mon amie. J’insère deux doigts tout en me délectant de ses lèvres trempées, mon autre main sur ses seins, je sens qu’elle monte, elle est au bord de l’orgasme. J’accélère mes mouvements de langue, et enfonce mes doigts de plus en plus dans son intimité. Olivier fait de même avec moi. Et là Adèle explose sous ma bouche, un orgasme lui parcourt le corps, je sens ses contractions sur mes doigts ; son corps se raidi sous mes caresses,  la voir comme cela jouir sous mes mains me rend encore plus dingue. Elle dégouline entre mes mains, à grand coup de langue je mange tout ce qu’il y a à avaler.

Adèle reprend peu à peu ses esprits, pendant qu’Olivier continue de me dévorer. Il le fait avec tellement de passion que je pourrais jouir de suite mais non je veux savourer chaque seconde et il est encore trop tôt. Ses doigts me pénètrent, il les agite tellement bien, mon cul est complètement à sa merci. Sa large main s’écrase sur mon clito, sa bouche se pose sur mon cul, sa langue pénètre mon anus, et ses doigts s’enfoncent encore plus dans mon vagin. Adèle me regarde gémir, tout en passant sa langue sur ma bouche. Elle a désormais repris ses esprits et commence à se caresser. La voir se caresser devant moi tout en me faisant bouffer le cul me procure un plaisir jusqu’à présent inconnu. Je suis complètement trempée, je sens ma mouille couler sur mes cuisses. J’ai envie de le sentir en moi, j’ai envie qu’il me prenne en levrette là devant Adèle.

Comme s’il avait deviné mes pensées il se relève pour aller prendre une capote mais en voyant son sexe tout serré à travers son jean je ne pu résister à l’envie de le libérer et de la sucer. Je me place à genoux devant lui Adèle se met à mes côté et  je libère sa verge, elle est raide et son gland brille, je saisis sa queue entre mes mains et lèche son gland, il a cette petite sécrétion sucrée qui m’enivre. Ma langue caresse son gland, je la descends le long de sa queue et remonte pour avaler cette queue toute entière, il gémit. Je la tiens et l’offre à Adèle pour qu’elle y goute à son tour.

Elle s’active avec tant de véhémence, sa bouche glisse, avale, lèche ce phallus dressé devant nous. Je la branle en même temps que ses lèvres l’engloutissent. Je me joins à cette dégustation et nos langues entremêlent sur cette sucette. Nous la dévorons avec tant de plaisir, à coups de langue sur son bout, sur ses testicules et le long de sa queue. Je descends un peu plus et commence à lui lécher la partie entre l’anus et les boules. Il a l’air d’aimer cela, ses gémissements se font de plus en plus entendre et là il dit « j’ai envie de vous baiser les filles »

Je me lève, retourne mon amie en levrette, met avec ma bouche la capote sur Olivier, vérifie qu’Adèle est toujours bien humide en lui passant une grosse langue dans de la chatte au cul : elle est parfaite. « Prends la » lui dis-je à l’oreille. Le voilà qui la pénètre sous mes yeux, ce spectacle semble me procurer un plaisir intense, je commence à me toucher au rythme de ses coups de reins, Adèle se fait entendre de plus en plus, la cadence s’accélère, je l’embrasse et lui mordille les seins. Je le vois dans ses yeux elle va jouir. À peine assise sur lui, elle jouit intensément pour la deuxième fois. Elle se retire et me lance « à toi ma belle, à ton tour » Je lui retire sa capote, le remet quelques minutes dans ma bouche, il me relève et dit : « viens te poser sur ma bouche »  je m’exécute sans discuter, je suis tellement au bord de l’orgasme que ses coups de langue me transperce de plaisir, il a un habile doigté et une langue insistante, je n’ai jamais autant mouillé. J’ai tellement envie de le sentir en moi que je dis « Prends moi, prends moi vite et bien » Le temps d’enfiler un préservatif et sa queue est en moi, dès qu’il rentre une onde de plaisir m’irradie. Je suis tellement excitée par cette scène improbable qui se déroule sur mon canapé. Je crois rêver, je me vois baiser avec cet homme que j’ai vu deux fois dans ma vie, baiser mon amie de toujours, et le faire avec tant de naturel qu’on pourrait croire que je suis habituée… Et tout cela m’enflamme davantage. J’explose sous ses coups de verge puissants, sous ses doigts s’agitant sur mon clito et sur la bouche d’Adèle. Mon plaisir est intense et profond. Il éjacule et jouit à son tour. Que c’est bon !

Nous nous retrouvons assis dans le canapé tous les trois, savourant ce moment avec délice et là, la bande annonce du film se termine... Je crois que je vais reprogrammer une soirée pour pouvoir le regarder…

Aphrodite

******  
[KAMASUCRE] Le lien vers le récap' de tous les épisodes juste ici : La totale  
 
 


 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 31 Octobre 2017 - 16:35 [KAMAZONE] Biexpérience

Vendredi 14 Juillet 2017 - 13:25 [KAMAZONE] #DéformationVolontaire


Facebook
Twitter
Rss
Mobile