Kamasucre [Chroniques Érotiques]

[KAMAZONE] #MonProfesseurParticulier


Rédigé le Lundi 12 Juin 2017 | Par Em | Lu 2628 fois | 0 commentaire(s)


Encore un récit pour la KAMAZONE ! Voici celui d'Em !


Vous aussi envoyez-moi vos textes (via Facebook, par message privé)
Vous aussi envoyez-moi vos textes (via Facebook, par message privé)
Et voila on y est. Ce fameux moment est arrivé. Je porte ma robe noire comme promis, près du corps, des escarpins rouges et mes longs cheveux lisses pour l’occasion, maquillée comme je lui ai dit. Il se tient devant moi, beau, soigné. Il porte une chemise noire un pantalon slim. J’arrive même à sentir son parfum. Il me regarde dans les yeux, ses yeux bleus, couleurs océan me font tout simplement chavirer. Cela fait un petit moment qu’un petit jeu dangereux s’est installé entre nous. Les sextos c’est bien, mais la pratique c’est mieux. Il a su, d’une manière aussi inattendu et surprenante entretenir le désir entre nous. Ah ! Let the show begins !

Il me raccompagne jusque la porte, nos bras se touchent timidement. On sait tous les deux ce q’ili va se passer une fois la porte franchie et j’espère ne pas être déçue.

Je lui prends la main, l’accompagne jusque ma chambre. Une fois la porte refermée, je le plaque contre le mur, je commence à enlever un à un les boutons de sa chemise du bas vers le haut, le regardant dans les yeux et souriant. Mes mains se baladent sur son torse désormais nu, je remonte mes doigts le longs de ses côtes. Il frisonne et moi je prends plaisir à le torturer. Mes mains continuent à se balader, s’arrêtent sur sa ceinture, que j’enlève au passage. Je lui susurre à son oreille : j’ai très envie de vous monsieur le professeur.
 
Je fais descendre son pantalon et je me mets sur les genoux, enlève son pantalon et dans la foulée je prends son pénis en érection dans ma bouche. Je commence doucement, lentement puis un peu plus fermement. Je l’entends gémir, il pose ses mains sur mon épaule, ça m’excite. Il s’agrippe à mes cheveux, c’est le moment de ralentir un peu avant de tout arrêter. Je me relève, le regarde de haut en bas, m’attardant sur son érection avant de prononcer cette petite phrase : je suis tout à toi.

Il me sourit et aussitôt commence à descendre ses mains le long de mes hanches, fait une pause sur mes fesses moulées dans ma robe, et les claque fermement. Je sens les frissons parcourir mon corps. Il m’embrasse langoureusement, ses mains autour de mon cou. Il me jette sur le lit, me retourne de sorte à ce que je sois sur le ventre, il s’allonge sur moi, relève mes cheveux et m’embrasse la nuque. Sa langue ratisse mon oreille, mon cou, et il me mords. Je sens son érection contre mes fesses et je les remue. Je gémis.

Il m’enlève ma robe et embrasse ma nuque jusqu’en bas de mon dos. Il commence à enlever mon string avec ses dents, embrasse mes fesses. Ses mains remontent le long de mes cuisses et encore une fessée. Je ne m’empêcher d‘en redemander, il continue et glisse sa main jusque mon sexe. Il y entre son index puis son majeur, par des vas et viens rapides. Je serre les draps avec mes mains. Je gémis de plus en plus fort. Il s’arrête net.

Son pénis effleure ma chatte, il se frotte à elle. Il entre finalement en moi, je lâche un soupir de soulagement, de plaisir. Je me mets sur les genoux, il me tient les hanches, ses vas et viens sont lents, nos peaux se frottent. Il me prends les seins avec les mains mais continue les vas et viens avec son bassin. Il me relève le buste, mon dos contre son torse. Il a une main sur ma poitrine, une autre s’amuse avec mon clito. Ma respiration se fait de plus en plus forte. Il gémis lui aussi.

Ses coups de hanches sont secs, il me claque encore les fesses, il m’allonge sur le ventre de nouveau, ses coups de hanches montent en intensité, il y va plus fort et plus profond. A chaque coup en moi, nous gémissons. Il accélère. Mon souffle est saccadé. Je sens que je vais bientôt venir et lui aussi. Il m’attrape les cheveux, penche ma tête en arrière, et me glisse à l’oreille si cela me plaît. Tout ce que j’arrive à articuler c’est « plus fort ». Docile, il s’exécute. De puissants coups de bassin se font sentir dans mon dos, c’est bon, profond, tout ce que j’aime, ne tenant plus, je jouis et lui aussi.

Il se laisse tomber sur mon corps, je rigole et lui dis : "c’était pas mal monsieur le professeur !"

Em

******  
[KAMASUCRE] Le lien vers le récap' de tous les épisodes juste ici : La totale



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 31 Octobre 2017 - 16:35 [KAMAZONE] Biexpérience

Vendredi 14 Juillet 2017 - 13:25 [KAMAZONE] #DéformationVolontaire


Facebook
Twitter
Rss
Mobile