Kamasucre [Chroniques Érotiques]

[Épisode 16] #ÉroticoBoulimique


Rédigé le Jeudi 29 Juin 2017 | Par Kamasucre | Lu 6216 fois | 0 commentaire(s)



[Épisode 16] #ÉroticoBoulimique
J’ai eu un orgasme. Elle aussi. Mais lui reste sur sa faim. Enfin, il a bien joui quelques minutes auparavant, mais pas lors de notre dernière partie de jambes en l’air. On va arranger ça. Chose promise, chose due. Je suis moi-même montée au septième ciel deux fois dans ce club libertin, et par souci d’égalité, je tiens à octroyer cette seconde dose de plaisir à Lucas ! Je suis vraiment trop bonne...
 
Après avoir vérifié que le masque en dentelle noir censé dissimuler mon identité était toujours bien en place, je me retire de sa queue, toujours entre mes cuisses, et ôte d’un mouvement habile le préservatif. Ma patronne, toujours assise au coin du canapé, me regarde faire silencieusement. Une poubelle en métal argenté, sans couvercle, se trouve à environ deux mètres. Je tente un lancer. Raté… On rigole.
 
Reprenant mon sérieux, je m’agenouille devant Lucas et saisis son membre encore dressé dans ma main. Ma langue commence à titiller son gland, à en lécher le prépuce, faire le contour de cette peau brillante, rosée et tendue. En le regardant dans les yeux, je le fais entrer doucement cette partie gonflée dans ma bouche pour lui en faire apprécier la chaleur et l’humidité, avant de la faire ressortir.
 
Mes yeux désormais rivés sur Madame Lépinay, je lèche sa queue de son long, du bas vers le haut, puis redescends m’attarder sur ses couilles. Ma main le branle doucement tandis que j’en aspire une, puis l’autre. Ses soupirs sont bruyants et parviennent à mes oreilles malgré la musique toujours psychédélique qui envahit la pièce. Il fait chaud, nos corps sont moites. 
 
Ma tresse faite à la va-vite s’est dénouée, et mes cheveux glissent sur sa peau, chatouillant son pubis et ses cuisses. Moi qui voulait que Madame Lépinay ne les voit pas lâches, afin qu’elle ne me reconnaisse pas, je crains d’être démasquée. Même si la lumière est très tamisée, si elle est physionomiste, il est fort probable qu'elle m'ait reconnue. Surtout que mes lèvres, bien visibles, sont sûrement la partie qu'elle connaît le mieux. Je ne suis apparemment pas la seule à penser à mes cheveux, car elle les regroupe pour les ternir dans une main, si fermement qu’elle me les tire, m’arrachant un gémissement. J’ai déjà joui deux fois depuis que je suis arrivée, mais l’envie revient instantanément, et violemment.
 
C'est comme si j’étais devenue une boulimique du sexe : je ne peux plus m’arrêter de consommer. Après avoir rapidement tâté ma chatte bouillante pour jauger son état, je reprends la queue de Lucas en bouche et l’enfonce jusqu’au fond de ma gorge. De ma main droite, je malaxe ses couilles chaudes et molles et glisse l’index à leur extrémité pour le caresser, juste ici, presque entre ses fesses. Quelques va-et-vient frénétiques plus tard, je ressors sa bite et me caresse le bout des seins avec. Mes tétons durcissent un peu plus à ce contact.
 
Avec une nouvelle envie à l'esprit, je le fais s’allonger sur ce canapé géant. Sa tête se pose sur les cuisses de ma patronne, qui a désormais lâché mes cheveux. Le visage ainsi légèrement relevé, Lucas peut encore mieux admirer le spectacle. Placée devant lui, je me penche en avant pour fourrer sa tige entre mes seins que je serre à l’aide de mon bras gauche, afin de le branler quelques secondes dans ma poitrine. Madame Lépinay se rince les yeux, se mordillant les lèvres.
 
L’excitation de Lucas est communicative. Ma directrice semble elle aussi pleine d'un désir grandissant. D’un mouvement lent, je fais ensuite glisser sa queue le long de ma joue, respire son odeur virile avant de la replonger dans ma bouche. Je suce du mieux que je peux, de mouvements rapides et profonds, sans m’arrêter, accélérant doucement la cadence au fil du temps, les mains baladeuses. La sensation de sa queue qui glisse entre mes lèvres me procure un tel plaisir que j’ai l’impression d’être pénétrée. Il baise ma bouche et je prends mon pied.
 
Soudain, sa respiration se saccade, ses muscles se contractent. Je sens qu’il va jouir. Je relève le buste et décide de le finir à la main. Je veux son foutre sur mes seins. Poussant un râle de plaisir, il éjacule comme je le voulais, sur mon buste. Mon cou n’est pas épargné. Une goutte a atteint le coin de mes lèvres, un coup de langue me permet de goûter sa semence amère.

Aussitôt, Madame Lepinay descend du canapé et vient se placer à côté de moi. Les pupilles dilatées par le désir, elle commence à lécher le sperme répandu sur ma peau. Elle suce ainsi mes seins, le haut de mon ventre, mon cou, avant de venir m’embrasser langoureusement. Lucas, visiblement jaloux, m'agrippe le menton pour m'embrasser à son tour. Nos trois langues se rejoignent enfin dans un dernier baiser langoureux. Clap de fin.

Kamasucre

****** 
Le lien vers le récap' de tous les épisodes juste ici : La totale



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Juillet 2017 - 13:40 [Récap'] La totale

Jeudi 22 Juin 2017 - 13:21 [Épisode 15] #ÀTroisCetteFois


Facebook
Twitter
Rss
Mobile