Kamasucre [Chroniques Érotiques]

[Épisode 12] #DeTousLesCôtés


Rédigé le Jeudi 1 Juin 2017 | Par Kamasucre | Lu 6022 fois | 0 commentaire(s)



[Épisode 12] #DeTousLesCôtés
C’est complètement dingue. Comment ai-je pu dire à Lucas que je l’accompagnerais à cette soirée libertine « secrète » ? À quelques heures de cette découverte, je n’en mène pas large. Je suis même carrément flippée. Comment faut-il s’habiller ? Comment les gens se regardent-ils ? Vais-je être abordée de tous les côtés ? Autant de questions qui m’empêchent d’être concentrée sur mon travail. C’est bien simple, depuis deux semaines, et alors que je viens de signer pour une promotion, mon esprit est totalement perturbé par mes expériences sexuelles de plus en plus tumultueuses. D’autant plus que ma patronne continue son petit jeu de séduction.
 
La coquine m’a d’ailleurs envoyé un mail pour me donner rendez-vous. "Roxanne, Je vous serais reconnaissante de bien vouloir venir à mon bureau mardi, à 9h30. Nous devons finaliser la procédure entamée. En comptant sur votre bonne volonté, bien à vous, Madame Lépinay". Finaliser la procédure entamée... Nul doute qu’elle parle de ce qui s’est passé il y a trois jours. D’ailleurs, lorsque ses doigts jouaient dans la fente de mon sexe, elle ne me vouvoyait pas. Son ton était bien moins solennel quand elle parlait de ma "jolie petite chatte".
 
18h18, après cette journée qui m'a semblé interminable, je rentre enfin chez moi. Dans moins de deux heures, je serai à la ligne paradis, en train de découvrir un monde totalement inconnu. Incapable de tenir en place, j’ouvre mon placard pour choisir ma tenue. Vais-je avoir l’air d’une coincée si je m’habille trop sobrement ? Je choisis finalement une petite robe en voile noire avec un joli décolleté en dentelle et une fine broderie dorée sur les épaules et les contours du tissu. Très sexy, mais pas vulgaire. Ça fera l’affaire. Enfin j'espère. Je file à la douche et me prépare avec beaucoup de soin. Eye-liner, mascara, vernis, rouge à lèvres, touche de blush, ce soir, je mets le paquet.

Une fois prête, je m'aperçois qu'il me reste trois quart d'heure à patienter. Je ne cesse de tenter de visualiser à quoi va ressembler cette folle soirée, et le stress et l'excitation qui se mêlent en moi forment un cocktail détonnant. Un peu comme avant un saut en parachute, j'imagine. "Tu ne seras obligée de rien, ne t’inquiète pas", m'avait dit Lucas. Comme si quelqu’un pouvait m’obliger à quelque chose ! N’empêche que cette phrase m’avait un peu rassurée, je dois l'avouer.
 
******
 
19h50, Lucas m’attend devant chez moi. Il sort de la voiture et me salue d’un doux baiser sur la joue, tout près du coin des lèvres. "Tu es magnifique", lance-t-il en me regardant de haut en bas. Son regard me fait de l’effet, je lis déjà le désir dans ses yeux. "T'es pas mal non plus", je répond en minaudant. Son tee-shirt blanc à col V lui va en effet à merveille, soulignant juste ce qu'il faut le début de ses pectoraux. Le rose aux joues, je m’installe dans sa Clio.
 
- Ça va ? Tu as l’air anxieuse ?
- J’appréhende un peu. Mais ça va ! Il m'en faut plus pour être décontenancée tu sais !
Mensonge... 
- Je connais quelque chose de super, pour se détendre
- Ah oui, et c’est quoi ?
- L’orgasme. Tu en veux un ?
Je laisse échapper un petit rire.
- Non, ça va, merci. Peut-être plus tard.
- Comme tu voudras Roxanne. Mais sache que tu ne rentreras pas ce soir sans avoir joui. Que ce soit avec moi ou devant moi. 
 Voilà qui donne le ton !

À peine dix minutes plus tard, nous arrivons. Mon cœur s’accélère lorsque je descends de la voiture. Attentionné, il me prend par le bras pour m’aider à affronter les quelques mètres de graviers avec mes talons avant de sonner à la porte.
 
- Hellooo, lance en nous ouvrant une femme d’une trentaine d’années, vêtue d’une longue jupe noire légèrement transparente et d’un body gris clair particulièrement échancré.
- Bonjour, répond Lucas d'un ton un poil trop charmeur à mon goût.
- Le mot de passe ?
- Guimauve.
- Entrez et mettez vous à l’aise. Myrtille est en train de faire les réglages pour la salle vidéo.
- Merci.
 
On pénètre dans cette grande case, au style un peu industriel. Un bar est aménagé sur la partie gauche de la pièce principale. Deux couples y sont installés. Des fauteuils et canapés sont disposés dans le reste de l’espace, de manière plutôt désordonnée. Sur l’un d’entre eux, deux femmes sont en train de s’embrasser fougueusement, l’une à califourchon sur l’autre, sous les luminaires métalliques pendant du plafond. Du milieu de la salle part un long couloir peint de noir. Très intriguant. 

- Ici, c’est la pièce principale, qu'on appelle la Salle des miracles. Il n’y a pas vraiment de thème. Les autres pièces sont des espaces dédiés à certains types de pratique. Mais tu veux peut-être boire un verre avant qu’on s’y aventure ?
- Je veux bien. Je rêve d'un mojito...
- C'est parti pour deux mojitos alors ! 

Bizarrement, toute mon appréhension a disparu. Envolée. La simple vue de ces deux femmes en train de se chauffer à quelques mètres de nous a suffi à me mettre dans l’ambiance. L’une d’elle a maintenant retiré son haut, tandis que l’autre lui pétrit les seins tout en l'embrassant dans le cou. Un mec est en train de les mater, appuyé contre le mur, un verre à la main. Son pantalon en lin blanc dissimule assez mal sa gaule. Trois autres personnes entrent et s’installent au bar à côté de nous, après avoir salué Lucas d'un signe de tête.
 
Une fois mon mojito avalé, mon impatience et ma curiosité me poussent à réclamer à Lucas de m’amener voir la suite. "Bienvenue dans mon monde, princesse", me glisse-t-il avant de pénétrer dans ce fameux couloir noir, m’embrassant à pleine bouche. C'est la première fois qu'il m'appelle comme ça. Ses mots me plaisent. Il a l'art de dire ce qu'il faut, quand il faut et comme il faut. Etre ici avec lui est grisant. Et il a l’air tellement content de me faire entrer dans cette aventure que j’en suis touchée.
 
Me tenant par la main, il m'amène voir la première pièce, sur la gauche. Il n'y a pas de porte. Un écriteau métallique fixé juste au-dessus de l'encadrure indique "SEE ME DANCE", écrit en lettres noires sur un fond blanc, avec un encadré rouge, à l'image d'un panneau d'entrée de ville. Une fille aux cheveux courts se trémousse en sous-vêtements autour d’une barre de pole dance, tandis que trois mecs la regardent. L’un se masturbe, assis, tandis que les deux autres sont debout, en train de siroter un cocktail.
 
Deuxième pièce, des bruits de baise se font entendre. Gémissements, grognements, bruits de bouches, de peau qui claquent... rien que les sons qui s'en échappent sont excitants. À l’intérieur, trois couples sont en train de baiser sauvagement. Une femme est allongée sur un matelas, sur le dos, la tête renversée. Un homme la pénètre en la tenant par les cuisses tandis qu’elle en suce un autre, à genoux devant le matelas. Juste à côté, une jolie blonde est en train de lui lécher les seins avec gourmandise, suçotant ses tétons. Cette dernière est à quatre pattes, le dos très cambré pour permettre au grand métis derrière elle de goûter son intimité.

Les deux autres personnes sont en train de partager une levrette endiablée, à peine deux mètres plus loin. L'homme, un mec aussi bronzé que baraqué, plonge son regard dans le mien tandis qu'il pistonne sa partenaire à coups de reins de plus en plus intenses. Aussitôt, mon entrecuisse, déjà bien humide, s'inonde. Lucas, juste derrière moi, pose ses mains sur mes hanches.
- Ça te plaît ? souffle-t-il dans mon oreille, me faisant frissonner.
- Putain oui, je réponds sans lâcher le regard de cet inconnu, qui semble vouloir faire de moi sa prochaine partenaire.
- Viens on va voir le reste.
- Attends, on reste un peu. 
 
Pas question que je parte sans avoir vu cet homme jouir. Je passe une main dans mes cheveux et humidifie mes lèvres de manière provocante, le regard toujours plongé dans le sien, avec aplomb. Soudain, ses yeux se plissent, sa bouche s'ouvre et il pousse un long râle de plaisir, s'abandonnant au fond du vagin de sa partenaire. Quelques secondes après, il rouvre les yeux et m'adresse un clin d'œil charmeur. "À plus tard", semble dire son geste.

"C'est bon, on peut y aller Lucas". 
On arrive alors devant une porte trouée de deux gros cercles d'une dizaine de centimètres de diamètre. Un énorme point d'interrogation est dessiné à la peinture noire. "A quoi servent les trous ? A matter discrètement ?" je demande naïvement, encore bouleversée par la scène insupportablement excitante que je viens de vivre. Alors qu’un homme approche en défaisant sa braguette, Lucas rigole et me lance : "Regarde, tu vas comprendre".

L’homme sort sa queue déjà en érection et la place dans l’un des trous. Après un court instant, il fronce les sourcils et se pince les lèvres. Je comprends alors que quelqu’un s’occupe de lui, de l’autre côté. Sûrement une fellation. Lucas scrute ma réaction, visiblement excité de me voir enchaîner les découvertes. Je veux savoir s'il bande - même si j'en doute peu. Comme s'il lisait dans mes pensées, il prend ma main et la colle entre ses jambes. Je sens sa queue bien dure à travers son jean. J'ai très envie de la sucer.
 
Mais ce sera pour plus tard. Il reste encore deux salles à visiter. Dans l'avant-dernière, pas de portes non plus, mais un rideau de fils. L’écriteau indique clairement "SM", toujours noté en noir sur un fond blanc encadré de rouge. Curieuse, j’écarte les fils argentés pour y jeter un œil. Un couple seulement se trouve à l’intérieur. La femme, totalement nue mais perchée sur de très hauts talons aiguilles noirs vernis, est en train de chercher du matériel dans un gros caisson transparent. L’homme est allongé sur une table haute, nu lui aussi, les mains menottées dans le dos, d’impressionnantes traces de griffures sur la peau.
 
Enfin, Lucas m'amène à la dernière pièce, la "Salle vidéo". Sans porte. Je découvre, déçue, que personne ne se trouve à l'intérieur.
- Ici, c'est pour tourner des sextapes. Il y a des accessoires dans les tiroirs, pour ceux qui veulent masquer leur visage. Myrtille envoie ensuite les films à ceux qui veulent (il faut noter son adresse mail sur le carnet là-bas) et une playlist de toutes les vidéos est diffusée dans la Salle des miracles. Mais ce soir, il semble y avoir un souci technique.
- T'as déjà tourné ?
- Non, je t'attendais pour ça Roxanne.
 
Je souris, sans savoir s'il rit ou s'il est sérieux. Complètement exaltée par toutes ces découvertes, je me sens désormais assoiffée.
- Je vais reprendre un verre.
- Moi aussi j'ai besoin de me rafraichir.

La salle principale s’est un peu remplie. J’ai comme l’impression de me faire matter de tous les côtés quand j'y pénètre à nouveau - comme si l'excitation accumulée se lisait sur mon visage. Surtout par une belle jeune femme brune, assise au coin du bar, habillée d’une simple tunique rouge à paillettes. Alors qu’elle discute avec un homme aux allures de rappeur américain, un couple s’installe à côté d’eux. La femme n’est vêtue que d’un soutien-gorge en dentelle très sexy et d'un collant résille, sans rien en-dessous. Son partenaire, la chemise ouverte, en profite pour s’amuser avec sa chatte, suçant par moment ses doigts pour la goûter.
 
La femme brune à la tunique rouge, le regard toujours rivé sur moi, se fait elle aussi masturber par l’homme à ses côtés. Est-ce un ami à elle ? Un étranger ? Son mec ? Difficile à dire... Malheureusement, Lucas m’oblige à détourner les yeux, me montrant du doigt la fameuse Myrtille, l’organisatrice de ces soirées "secrètes". Elle lui sourit et s’approche de nous pour nous saluer. Merde, et moi qui voulait continuer à mater ces deux couples dans leurs préliminaires.
 
Myrtille est une grande femme rousse, d’environ 35 ans. Elle est habillée une robe bleu turquoise, très moulante, et porte un maquillage un peu trop prononcé. Ses longs cheveux bouclés sont relevés sur le haut de son crâne par une énorme pince noire. Son visage est très avenant, tout comme le ton de sa voix.

- Bonjour. Bienvenue Roxanne ! 
- Merci Myrtille. 
- Alors, comment tu trouves ? C’est ta première fois dans un lieu comme ça ?
- Oui, c’est la première fois, je réponds en rougissant légèrement. C’est… surprenant. J’aime beaucoup !
- Super, éclate-toi.

Ouf, elle s’éloigne, je peux de nouveau me retourner pour matter ces deux couples. La jolie brune est à présent en train de se faire prendre sur un fauteuil, son partenaire la pistonnant violemment. Le visage marqué par le plaisir, elle caresse dans le même temps la poitrine généreuse de la femme au collant résille, qui a désormais retiré son soutien-gorge et miaule de plaisir. Ses yeux rencontrent à nouveau les miens. Qu’est-ce qu’elle me donne envie… Lucas regarde la même chose que moi, visiblement captivé lui aussi. Il m’avait confié que matter était son plaisir, et qu'il lui arrivait de se branler dans ce genre de soirée.
- Tu as envie de te caresser en les regardant ? je lui demande d'une voix sensuelle.
- Je préfèrerais que ce soit toi qui le fasse. 

Cette idée m’excite terriblement. 

Kamasucre

******   
Le lien vers le récap' de tous les épisodes juste ici : La totale  



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Juillet 2017 - 13:40 [Récap'] La totale

Jeudi 29 Juin 2017 - 18:19 [Épisode 16] #ÉroticoBoulimique


Facebook
Twitter
Rss
Mobile