Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Jean-Pierre Haggai : A chacun son métier…

L’interview de l’ancien dirigeant de SFR, et furtivement d’Intermetra, publiée dans le quotidien d’aujourd’hui est assez symptomatique du sentiment de suffisance qui prévaut chez une « certaine élite » arrivée aux affaires dans l’île dans les années 70. En effet nombres de nos barons de l’économie locale ont profité de l’absence à cette époque de […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 15 janvier 2009 à 15H50

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

L’interview de l’ancien dirigeant de SFR, et furtivement d’Intermetra, publiée dans le quotidien d’aujourd’hui est assez symptomatique du sentiment de suffisance qui prévaut chez une « certaine élite » arrivée aux affaires dans l’île dans les années 70.
En effet nombres de nos barons de l’économie locale ont profité de l’absence à cette époque de cadres qualifiés, notamment en raison du déficit d’infrastructures ou de possibilité de mobilité quasi nulle, pour débarquer la plupart du temps sur des contrats VAT.
Nous sommes aujourd’hui en 2009. Le moins que l’on puisse dire c’est que les choses ont évolués en 40 ans et monsieur HAGGAI est peut être resté un peu trop longtemps sans bouger dans le département pour s’en apercevoir.
Il suffit d’aller d’ailleurs sur des sites comme Toutelareunion.net ou reunionnaisudmonde.com pour se rendre compte de la richesse des compétences de notre diaspora présente sur tous les continents. On peut aussi s’apercevoir que nombre de nos compatriotes, hyper qualifiés, aimeraient bien revenir chez eux et faire profiter notre économie de leur savoir faire différencié acquis ailleurs tout en rejoignant de manière légitime la terre de leurs ancêtres. Seulement voilà : une partie de nos décideurs (je n’aurais pas la malhonnêté de généraliser) souvent aidés par des cabinets de recrutement, qui en affirmant ne pas avoir les profils requis sur place accroissent leur rentabilité, ont encore des préjugés sur les capacités de leurs compatriotes.
Et les plus décidés d’entre eux reviennent par le biais de la création de leur propre structure. Nul doute qu’un certain nombre demain sera dans le leadership de l’économie réunionnaise et n’en déplaise à monsieur HAGGAI ce n’est peut être pas son départ de SFR, succès story construite sur un monopole de nombreuses années durant, qui permettra à la concurrence de bousculer la hiérarchie mais peut être le talent et l’opiniâtreté d’un chef d’entreprise qui se sera « fait les dents ailleurs » dans des conditions autrement moins douillettes.

Alors peut être que les politiques manquent parfois un peu d’imagination économique, mais on peut toutefois relever qu’ils ne sont pas beaucoup aidés par certains « leaders » économiques, repus et nombrilistes à l’extrême, osant même se poser en donneur de leçon.
Après tout l’économie c’est leur domaine non ?

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Nous, peuple de la France Métisse

Nous, les réunionnais attachés au Dialogue Interculturel et au Vivre Ensemble, peuple de La France Métisse, et, habitants de l’île de La Réunion : yabs, kafs, malbars, zoreys, zoréols, créoles métissés, chinois, zarabes, malgaches, comoriens, mahorais, mauriciens, maghrébins, avec tous les autres citoyens de toutes origines, nous sommes éveillés et conscients face à la concrétisation du danger d’un Mouvement politique xénophobe qui utilise, sans vergogne, la démocratie pour prendre le pouvoir et conduire notre Nation vers le repli sur soi, vers la stigmatisation d’une partie du peuple de France, vers le chaos socio-économique, vers l’anéantissement culturel, vers l’hystérie collective tendant à réduire drastiquement le champ d’expression des libertés et des opinions alternatives à sa propre doxa.