Culture

ioMmma : Le métal réunionnais fait son propre marché des musiques

La ville de Saint-Pierre s’apprête à vibrer au son des "showcases" du IOMMA (Indian Ocean Music Market), de quoi s’échauffer à la veille du lancement du festival Sakifo. Mais dans la rue Babet, où ont lieu ce soir les concerts gratuits, une soirée rock/ métal s’invite à la fête pour la troisième année consécutive : le "IOMMMA" (Indian Ocean Métal Music Market) vient proposer une programmation musicale qui se veut moins "mainstream".

Jeudi 6 Juin 2019 - 14:51

"On n’est pas une scène mainstream (du courant dominant) ni commerciale, et de toute évidence pour arriver à se faire voir on doit se battre un peu plus que les autres", explique Thomas, chanteur du groupe de métal alternatif " Vacuum Road ".
 
L’artiste est à l’origine des soirées rock/ métal organisées depuis 2017 en parallèle du IOMMA à Saint-Pierre. Chaque année, il se produit aux côtés d’autres groupes de rock ou de métal locaux au bar Le Toit, qui se trouve dans la rue Babet, à quelques mètres des concerts gratuits (showcases) du IOMMA. Un véritable succès puisque à chaque fois, le bar-restaurant est plein à craquer.

 

Thomas, chanteur du groupe Vacuum Road, au programme du ioMmma
Thomas, chanteur du groupe Vacuum Road, au programme du ioMmma
"On profite de l’événement pour rencontrer les professionnels de la musique venus du monde entier, et pour leur montrer ce que l’on fait en live. Car même si le rock ou le métal a ses adeptes sur l’île, notre musique n’est clairement pas destinée à un public réunionnais."
 
L’objectif pour ces groupes, loin d’être amateurs (Vacuum road a déjà une tournée en métropole et deux albums à son actif), s’exporter vers des horizons où leur musique "extrême" pourrait être mieux accueillie.
 
 

Le groupe Burning Doll au programme du ioMmma
Le groupe Burning Doll au programme du ioMmma
"Le métal réunionnais existe, qu’on le veuille ou non"
 
"J’ai monté cet événement dans un accès de colère : on remplit toutes les cases pour que ça fonctionne et pourtant on se voit recaler chaque année à la sélection officielle du IOMMA. Alors quand Le Toit m’a proposé de faire les concerts là bas, sans rémunération d’abord, et bien on a tellement la rage qu’on n'a pas hésité", raconte le chanteur.
 
"On fait tout nous-mêmes : on se passe de tout le support technique, logistique et de communication du IOMMA, on engage nos propres frais, et on est intégralement responsables de notre programmation, que l’on veut alternative à la programmation un peu "plan plan" du festival", explique Thomas.

 

Tell Me Peter à l'Underground Rock Festival - Maurice
Tell Me Peter à l'Underground Rock Festival - Maurice
Si plusieurs groupes de rock étrangers sont à nouveau invités au IOMMA pour cette édition 2019, le chanteur déplore que la scène locale ne soit pas ou que trop peu représentée.
 
Surtout lorsque celle-ci parvient à s’exporter à l’international, comme c’était le cas du groupe Tell Me Peter l’année dernière, invité à se produire pour le premier festival rock de l’île Maurice, après une rencontre avec le programmateur lors du IOMMA : "ça montre que nos candidatures sont pertinentes !"

"Il y a plusieurs concerts de métal tous les week-ends à La Réunion. Ce genre existe, il fait partie du paysage musical réunionnais qu’on le veuille ou non. Si on veut être représentatif, il faut être honnête. Je regrette simplement que la culture réunionnaise soit systématiquement perçue à travers un prisme folklorique. " 


Une initiative bien accueillie par le IOMMA
 
"La méconnaissance du secteur peut faire qu’il y ait incompréhension. On est ravis de ces soirées rock qui gravitent pendant la présence des professionnels de la musique. C’est aux groupes ensuite de faire en sorte de leur taper dans l’oeil. Nous encourageons cet événement, bien qu’il ne fasse pas partie du IOMMA", explique Eric Juret, directeur du Marché des musiques de l’Océan Indien.
 
Alors que la rue Babet n’était précédemment piétonne que sur le secteur des showcases au moment de l’événement, la direction a fait en sorte ces dernières années de bloquer la circulation plus haut afin d’intégrer les bars-restaurants du coin et leurs événements, malgré une collaboration pas toujours simple avec la commune.

"Si le métal n’est pas toujours représenté, le rock lui est bien présent cette année encore, avec notamment au programme Aswekeepsearching (Inde) et hey Geronimo (Australie). Ce genre est au même niveau que tous les autres genres de musique", ajoute le directeur.
 
Pour ce qui est de la sélection des artistes locaux, c’est un jury indépendant qui s’en occupe, composé de sept personnes qui ne se connaissent pas, et issues de différents milieux. Elles sont chargées d’écouter les quelque 200 démos envoyées par les candidats, avant d’en sélectionner une quinzaine.
 
"Nous sommes toujours très satisfaits de leur sélection, qui se fait en toute transparence. Ce jury rend impossible une quelconque forme de favoritisme. Mais parce que certains artistes sont plus structurés que d’autres, avec des carrières qui avancent rapidement, il arrive qu’ils soient sélectionnés plusieurs fois lors des différentes éditions."

Et parce qu’il est lui-même du milieu du rock (chanteur du groupe Nazca), Eric Juret porte une admiration toute particulière pour ce style musical, et assure qu'il passera faire un tour du côté du ioMmma : "On peut être fier de nos groupes de rock, et je souhaite vraiment qu’on ait des groupes qui percent et qui aillent au national voir à l’international" .

Programme du ioMmma

21H - Vacuum Road (Métal de l'espace
22H - Minibar(d) (Punk aléatoire)
22H45 - Burning Doll (Gazoline bluescore)
23H30 - Behind Our Reflections (Deathcore)

 Jeudi 6 juin à "Le Toit" Saint-Pierre.
Isabelle Vidot
Lu 2727 fois




1.Posté par durand le 07/06/2019 08:31

Je n'ai jamais entendu de metal ici ni de hard rock mais du rock dans un endroit ou il y avait des concerts a St Denis

2.Posté par Dederun le 07/06/2019 09:27 (depuis mobile)

Aucun commentaire mais pas surprenant aucun intérêt de la daube cette musique

3.Posté par Hardcore le 07/06/2019 10:56 (depuis mobile)

@1 en plus de ceux cités dans l article: warfield, pluto crevé, tukastukas ... et.qui c est déjà exporté l excellent Loki lonestar et tricksterland. La liste est longue en réalité, a l époque il y avait no yes madma, nutcase, eight, suspiria, ....

4.Posté par Frederic le 07/06/2019 12:26

Réunionnais ayant traversé la planète dans le cadre de mes études et de mon métier ...
J'ai vu les scènes métal et underground de beaucoup de pays ... Et je confirme que le niveau à la réunion est très haut et n'a pas à palir et mériterait un meilleur coup de projecteur et l'aide des acteurs locaux de la culture.

5.Posté par fun in the sun le 10/06/2019 09:42

Le rock ici c est perdue d avance(Charlélie couture"Local rock).J espère que non!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Novembre 2019 - 08:00 Concours de la correspondance : Semaine douze