Revenir à la rubrique : Société

?? Ils surfent à Trois-Bassins, bravant l’interdiction. Que fait le Préfet ?

L'interdiction de surfer ne rebute pas certains surfeurs, qui se pressaient ce matin au spot de Trois-Bassins.

Ecrit par Pierrot Dupuy et Bérénice Alaterre – le lundi 31 décembre 2018 à 16H15

Le risque de se faire dévorer par un requin n’empêche pas certains surfeurs de se mettre à l’eau. Les forces de l’ordre ne les en empêchent pas toujours, et les irréductibles jouent au chat et à la souris avec les gendarmes ou policiers. Un panneau d’interdiction de baignade est pourtant bien présent à l’entrée du parking du spot.

Ce matin, alors que le CRA a annoncé ces derniers jours de nombreuses observations de squales et multiplié les appels à la prudence, une quinzaine d’inconscients en quête d’adrénaline prenaient les vagues sur le célèbre spot de Trois-Bassins. Les vagues étaient belles, le soleil dardait, la mer était d’un joli bleu profond. N’eussent été les requins, le tableau était idyllique.

Pour rappel, un requin bouledogue a été signalé par le CRA ce matin à l’Etang-Salé. Hier, un bouledogue était observé à Saint-Leu, ainsi que jeudi 27 décembre. A Trois-Bassins, un requin a été signalé jeudi 20 décembre, sans que l’on sache si c’était un tigre ou un bouledogue. Le 21 décembre, la préfecture appelait à la prudence: « Même si La Réunion n’a pas eu à déplorer depuis un an et demi d’attaques de requins avec victime humaine, des requins potentiellement dangereux ont été pêchés ces dernières semaines dans le cadre du programme réunionnais de pêche de prévention, dont notamment 3 requins bouledogue à proximité des côtes à l’Étang Salé, Saint Gilles les Bains et en baie de Saint Paul. »

La très grande majorité des attaques ont été le fait de requins bouledogues. Souhaitons que les inconscients passent à travers les mailles du filet. Et en parlant de filet, de filets anti-requins, il n’y en a d’ailleurs pas à cet endroit.

On nous signale par ailleurs la présence d’autres surfeurs sur les différents autres spots de l’ile, à St-Leu, l’Etang-Salé, Saint-Pierre et même Saint-Benoit où le risque est encore plus graves, de l’avis des spécialistes.

L’hypocrisie du Préfet

Si l’on est en droit de stigmatiser les surfeurs, on ne peut passer sous silence la mansuétude complice du Préfet.

On pond un arrêté, on publie un communiqué de temps en temps et… Et rien !

Quand l’envie leur en prend, les gendarmes interviennent. Une fois tous les 36 du mois. Et sinon, les gendarmes passent tranquillement devant les différents spots, regardent les surfeurs réaliser leurs prouesses… et passent leur route.

C’est un peu comme s’ils voyaient passer un chauffard complètement bourré au volant de sa voiture et lui faisaient un coucou au passage.

En cas de nouveau drame, ce que personne ne souhaite, le Préfet portera une lourde responsabilité.

Soit on prend un arrêté et on se donne les moyens de le faire appliquer, soit on ne fait rien et on laisse les surfeurs s’adonner à leur sport favori tranquillement.

Mais il n’y a rien de plus hypocrite que d’ouvrir le parapluie pour se prémunir de toute poursuite en cas de drame et ensuite de fermer les yeux. En attendant l’accident, que tout le monde sait inéluctable dans les conditions actuelles.

 

?? Ils surfent à Trois-Bassins, bravant l'interdiction. Que fait le Préfet ?

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

1.200 Pétrels de Barau échoués sur toute La Réunion

Durant ce mois d’avril, les Pétrels de Barau juvéniles prennent leur envol pour la première fois, tentant de rejoindre la mer pour aller se nourrir. Chaque année, nombre de ces oiseaux marins endémiques et protégés s’échouent avant d’atteindre le large. Cette année, le nombre d’échouages est beaucoup plus élevé que prévu.

APEBA : Une marche conviviale ce dimanche en faveur de la protection animale

L’association APEBA organise une randonnée familiale dans la forêt de l’Etang-Salé ce dimanche à partir de 9h, en présence de bénévoles, de partenaires, mais aussi de chiens à l’adoption. Un événement qui vise à « soutenir le combat contre la maltraitance et l’errance animales à la Réunion ».

« L’octroi de mer : c’est n’importe quoi ! » selon l’UCOR

L’Union des Consommateurs de La Réunion (UCOR) publie une lettre ouverte critiquant l’octroi de mer pour son impact sur le coût de la vie et exige sa suppression immédiate, ainsi que le financement des communes et de la région par l’État, pour protéger le pouvoir d’achat des Réunionnais.