Revenir à la rubrique : Faits divers

Il frappe sa concubine mineure… et enceinte

Un Saint-Andréen de 23 ans comparaissait ce vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour violences sur sa concubine et destruction par moyen dangereux. Le 9 septembre dernier, il n’a pas hésité, sous l’effet de l’alcool et dans une rage folle, à frapper sa jeune compagne : une mineure de 16 ans, enceinte de six mois.

Ecrit par Thierry Alba – le vendredi 12 septembre 2008 à 13H31

Debout à la barre, le prévenu, Eddy S., 23 ans, reconnaît dans l’ensemble les faits pour lesquels il comparait. Il avoue avoir commis des violences, le 9 septembre dernier, à l’encontre de Jessica D., 16 ans, sa concubine enceinte.
Il explique le contexte dans lequel les violences se sont déroulées mais nie avoir voulu lui faire du mal de manière délibérée. « Quand je bois, je suis très nerveux. Nous nous sommes disputés mais je ne l’ai pas frappée. Je l’ai tout simplement retenue. Très violemment, je le reconnais », explique-t-il au tribunal.
La victime présente dans la salle ne peut s’empêcher de pleurer. Choquée par le comportement de son conjoint, la jeune fille décrit un homme violent, buveur dont elle subit chaque jour les pressions. Mineure, enceinte et par ailleurs déjà mère d’un enfant, la jeune fille explique qu’elle ne supportait plus la vie commune.
« Je le connais depuis un an et cela fait un mois qu’on habite ensemble. Je voulais qu’on se sépare parce qu’on se disputait trop », témoigne la victime, qui porte des traces de strangulations et de nombreuses ecchymoses sur le haut du corps.
Deux parcours chaotiques
Le prévenu et sa victime ont tous deux eu des parcours de vie assez mouvementés : l’addiction à l’alcool et la délinquance pour le premier et une enfance difficile et une grossesse précoce pour la seconde.
Devant le tribunal, Eddy S. s’est défendu de s’être laissé aller malgré ses difficultés et se dit prêt à assumer son geste. « Je l’aime. Je l’aime à fond! A fond! J’ai fait une erreur. Je vais payer! »
Le tribunal a condamné le jeune homme à six mois de prison ferme. Il a fait l’objet d’un mandat de dépôt et a été conduit en prison. Il devra indemniser sa victime et se soumettre à plusieurs obligations dès sa sortie.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.

Indemnités de logement : Didier Robert poursuivi pour concussion et prise illégale d’intérêts

Didier Robert, toujours sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer devra en répondre prochainement devant le tribunal correctionnel. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux et une relaxe en 2024 pour l’affaire des emplois de cabinet, c’est la troisième comparution pénale pour l’ancien président de la Région Réunion. Une information Zinfos974.

Un homme violenté puis séquestré dans le coffre de sa voiture

Un homme de 30 ans comparaissait ce lundi dans le cadre de la comparution immédiate pour des faits de séquestration et de violences. La victime a reçu une ITT de 60 jours. Tout est parti du témoignage d’un chauffeur-livreur qui a assisté à la scène d’enlèvement en pleine rue.