Revenir à la rubrique : Economie

Hausse du carburant : moins de rotations de bus à la piscine

Le constat n’a rien de surprenant, les écoles primaires ont réduit le nombre de cours de piscine. “En 2007, les scolaires commençaient les séances au mois d’octobre, cette année, ils ne viendront qu’à partir du mois de novembre”.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 07 octobre 2008 à 12H15

Yohan est maître nageur sauveteur à Sainte-Suzanne. La fréquentation de la piscine où il travaille, est également victime de la hausse du carburant. “Cela se voit sur les emplois du temps des scolaires”.
“Nous savons déjà qu’il y aura moins de classes, les réservations de créneaux ont baissé, surtout au mois d’octobre”. Selon une enseignante, les écoles n’ont pas le budget pour faire face à l’augmentation croissante de la location des bus.
“Le coût est passé de 60 euros à 100 euros, un hausse de plus de 66 %, c’est énorme. Nous n’avons pas les moyens de maintenir le même rythme de sortie. A moins de demander aux familles de payer les 40 euros de plus”.
Du côté des transporteurs, le gérant indique “qu’il n’avait d’autre choix que de répercuter les hausses successives de carburant de ces derniers mois”. Au bout de cette réaction en chaîne, ce sont les enfants qui sont pénalisés.
Les séances à la piscine ne débuteront qu’au mois de novembre.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Prix à la consommation : +16,7 % pour les produits frais en janvier

En janvier, l’indice des prix à la consommation s’est stabilisé à La Réunion après trois mois consécutifs de hausse. Conséquence du passage du cyclone Belal, les prix de l’alimentation repartent à la hausse. Une hausse principalement portée par celle des produits frais.

Au Royaume-Uni, la semaine de 4 jours séduit salariés et patrons

Un an après le terme d’une expérience grandeur nature, de nombreuses entreprises britanniques ont choisi de maintenir la semaine de 4 jours à 32 heures de travail. L’efficacité du dispositif semble aussi bien convaincre les employeurs que les salariés.