Revenir à la rubrique : Politique

Guito Ramoune : « Le 1er secrétaire du PS devra mieux prendre en compte le Sud »

Quatre jours après le scrutin européen qui a signifié la victoire nationale de l'UMP et la victoire locale de l'Alliance à travers Elie Hoarau, Zinfos s'est entretenu avec le maire socialiste de Petite-Île, Guito Ramoune. Si celui-ci reconnaît que la participation a été faible, il souligne que malgré une campagne tardive, les meilleurs scores d'Ericka Bareigts ont été obtenus dans le Sud sauvage; des scores que le Premier secrétaire, Gilbert Annette, devra dorénavant prendre en compte.

Ecrit par Ludovic Robert – le jeudi 11 juin 2009 à 13H00

Ericka Bareigts est arrivée en tête des suffrages exprimés dans le Sud sauvage. Quel est votre sentiment lorsque l’on sait qu’il n’y a pratiquement pas eu de campagne de la part des socialistes du Sud de la Réunion ?

« Écoutez, nous sommes satisfaits que notre candidate, Ericka Bareigts, soit arrivée en tête à Petite-Île. Effectivement, il y a eu une campagne et un soutien tardifs mais il y a eu un soutien. Malgré tout, elle n’a pas été élue et, à la Réunion, le Parti Socialiste a été suivi dans plusieurs communes. En tous les cas, nous restons une famille politique importante dans le paysage politique de la Réunion…  »

Le parti socialiste a vécu une grande illusion ce 7 juin. Localement, on sait qu’il existe une scission entre les socialistes du Nord et du Sud. Pouvez-vous nous apporter des précisions ?

« Il est sur que ce n’est pas évident et que c’est dommage pour le parti mais malgré tout, nous avons obtenu des résultats et l’on espère que le 1er secrétaire prendra mieux en compte le Sud. Les scores du Sud (Saint-Philippe et Saint-Joseph) ont été supérieurs aux scores du Nord. Le Sud a donc largement contribué aux résultats d’Ericka Bareigts et cela a été bénéfique.
Désormais, les militants du Sud de la Réunion attendent de voir un Parti socialiste uni et ce, au niveau national comme au niveau local. (…). Après, il faut que le premier secrétaire fasse des efforts dans ce sens…
 »

Les élections régionales approchent à grands pas. Peut-on dire qu’il y aura une liste spécifique au Sud pour ce prochain scrutin ?

« Pour l’instant, il est encore trop tôt pour s’exprimer sur ce point. Nous sommes encore sur les résultats de cette élection européenne et il y aussi le travail municipal qui prend beaucoup de temps et qui ne permet pas encore de se projeter sur ce scrutin. La priorité est aussi aux affaires communales. Nous ne sommes pas encore à ce niveau (…). Il est encore trop tôt pour se prononcer… »

Le parti Europe Ecologie s’est très bien positionné lors de ces Européennes. Vous êtes le maire d’une commune rurale. Quelle est votre position sur ce que l’on peut considérer comme une prise de conscience grandissante ?

« J’ai toujours dit que l’écologie n’était pas uniquement l’apanage des écologistes eux-mêmes. Nous avons un certain nombre d’actions en partenariat avec l’ARER (Agence régionale de l’énergie Réunion) en terme d’écologie et de développement durable. Nous avons aussi un projet d’Eco-quartier qui permettra à la commune de se positionner clairement dans ce domaine majeur et puis il y a l’abstention qui a participé à ces résultats. (…). Il va falloir que le PS participe aussi à cette tendance écologique. 
Au niveau municipal, nous prenons en compte cette dimension dans notre action. Il ne faut pas non plus oublier l’impact et la force, au niveau des chaînes publiques, du film de Yann Arthus Bertrand qui a été en liaison avec le vote de ce dimanche.
 »

N’y a t-il pas une forme de récupération politique de la part des grands partis concernant le développement durable et l’écologie suite au bon score d’Europe Ecologie ?

« Récupération non mais plutôt d’intégration des préoccupations des citoyens à travers cette problématique du développement durable. On devrait plutôt parler d’intégration de la protection de l’environnement dans notre réflexion… et non de récupération politique« 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le nom d’Huguette Bello suggéré à la tête du gouvernement

Les négociations continuent dans le Nouveau Front populaire pour trouver une figure qui pourrait prendre la tête d’un gouvernement de coalition qui battrait les motions de censure attendues à la rentrée parlementaire. Les différents partis politiques qui composent l’alliance de gauche jouent des coudes pour placer leur poulain, mais aucun compromis n’a été trouvé. Le Parti communiste français aurait alors suggéré le nom d’Huguette Bello, selon Emilio Meslet, grand reporter politique de L’Humanité.

Tribune libre de Gilles Fontaine : « Les vraies raisons de l’échec de la Gauche aux élections législatives 2024 dans la 3ème circonscription »

Conseiller municipal et soutien de Nathalie Bassire lors des dernières élections législatives, Gilles Fontaine livre son analyse des résultats dans la 3e circonscription. L’ex-colistier de François-Xavier Bellamy aux Européennes souhaite en effet contredire « les mensonges et contre-vérités honteusement proférées à chaud », notamment par les « présumés responsables » de l’élection de Joseph Rivière dans cette circonscription.

Matignon : LFI avance quatre noms, le PS et EELV en embuscade

Le nom du candidat du Nouveau Front populaire pour Matignon devrait être connu « d’ici ce soir, peut-être d’ici demain matin », a indiqué jeudi soir sur franceinfo la députée NFP Sandra Regol. Cette annonce fait suite aux critiques de plusieurs figures écologistes, comme Sandrine Rousseau, dénonçant le temps pris par le NFP pour désigner un candidat. De son côté, la France insoumise a proposé le nom de quatre candidats.