Revenir à la rubrique : Social

Guillaume Sellier : « Tereos a enfin cédé »

Le président des Jeunes Agriculteurs 974 fait le point sur les négociations du jour qui devraient permettre d'aboutir à un accord sur la convention canne.

Ecrit par SF - BS – le mardi 12 juillet 2022 à 18H37

Les trois semaines de mobilisation des agriculteurs pourraient prendre fin dès demain. Les syndicats annoncent avoir obtenu des avancées importantes qui pourront permettre aux planteurs de canne de travailler « sereinement » pendant les prochaines années. Guillaume Sellier est l’un des participants aux négociations, il explique ce qu’il s’est passé durant la réunion de ce mardi 12 juillet à la préfecture.
 

 

« Tereos a enfin cédé »

« Cela n’a pas été facile mais on a trouvé un bon compromis qui sera bénéfique aux planteurs« , résume Guillaume Sellier. « Tereos a fini enfin par céder. Il a fait des efforts. Il nous parlait au départ d’une enveloppe de 300.000 euros et là, quand on fait les comptes, c’est près de 4 millions d’euros qu’il met sur la table. »

Le syndicaliste insiste sur l’importance de cette manne financière : « On avait besoin de cet effort pour sauver la filière. »

Il assure qu’il s’agit d’une victoire pour les agriculteurs et déclare:  « Quand on fait le bilan sur ce que touchera un planteur de canne par rapport à la dernière convention, il n’y a pas photo. »

Tout n’est pas fini

Les agriculteurs se rassembleront une dernière fois devant la préfecture ce mercredi matin pour une assemblée générale où les syndicats attendent le vote de la majorité des planteurs de canne pour signer la convention.

Guillaume Sellier explique que les discussions ont été menées sur la partie structurelle de la filière mais que des négociations doivent encore avoir lieu prochainement : « Il y a encore de gros sujets sur lesquels on devra encore travailler pour faire face aux aspects conjoncturels comme la hausse du prix des engrais. On ne lâche rien. »

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.