Revenir à la rubrique : Politique

Guadeloupe : LKP érige des barrages sur les routes…

Les Antilles viennent de franchir un pas supplémentaire dans la crise. En Guadeloupe, les premiers barrages ont été érigés sur les principaux axes de communication tandis qu'en Martinique, le carnaval pourrait bien être annulé pour la première fois de son histoire...

Ecrit par Ludovic Robert – le lundi 16 février 2009 à 18H55

Au 28ème jour de grève générale, le collectif a franchi un nouveau pas dans le conflit qui l’oppose au patronat et à l’Etat. Dès ce matin, à l’aube, les manifestants ont érigé des barrages routiers sur les grands axes menant aux centres névralgiques économique et commerciaux. Ce sont notamment la zone économiques du Gosier et la zone industrielle de Petit-Pérou qui ont été mises à l’écart. Dressés avec des palettes, des voitures, des troncs d’arbres, des pneus usagés et même des poubelles, ces barrages représentent une graduation supplémentaire dans le conflit sur la vie chère…

Cette décision de restreindre les axes de communication ne s’est pas réalisée sans conséquences. Pour la première fois, les 500 gardes mobiles sont passé à l’action et ont interpellé une quarantaine de manifestants.

D’après l’agence Reuters, Elie Domota, le porte-parole de Lyannaj kont pwofitasyon, a indiqué qu’il « viendra un jour où les guadeloupéens en auront marre de marcher« .

Pour le moment, la population locale a de quoi subvenir à ses besoins. Les soins médicaux sont toujours assurés et les pompiers et autres véhicules d’urgence ont encore du carburant.

De son côté, Yves Jégo a promis de faire respecter l’ordre et l’Etat de droit et a aussi souligné que le contexte local commençait à sérieusement poser problème : « ça suffit, la Guadeloupe ne peut plus attendre. Soit on risque l’affrontement,… Soit les douze personnes sur lesquelles repose l’avenir de la Guadeloupe, …, se parlent et se mettent d’accord« …

En Martinique, la température monte également. L’intersyndicale du 5 février décide de l’ouverture ou non des supermarchés. Seuls les petits commerçants ont pu accueillir quelques acheteurs chanceux. Les denrées alimentaires commencent sérieusement à manquer. Selon le quotidien le Monde, des transporteurs d’hydrocarbures auraient même réquisitionné une des « rares stations ouvertes…  » pour leur seul bénéfice.

Le tourisme commence aussi à vivre la crise de plein fouet puisque les 7 paquebots de croisière, prévus cette semaine, n’ont pas accosté. La demande d’une hausse de 300 euros sur l’ensemble des salaires n’a pas été satisfaite et est toujours au coeur des négociations. La diminution annoncée de 20% sur 100 articles n’est toujours pas appliquée mais un accord devrait rapidement s’imposer…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sigrid Gérardin, n°2 sur la liste PCF aux Européennes : « Porter le projet que vous construirez pour vous et par vous »

Le Parti communiste réunionnais (PCR) a célébré ce samedi son 65e anniversaire sur la place Paul-Vergès à Saint-Denis. Cet événement s’inscrit dans le cadre des élections européennes et a été marqué par un hommage rendu à son fondateur, premier Réunionnais élu au Parlement européen. Le tout en présence de Sigrid Gérardin, n°2 sur la liste PCF conduite par Léon Deffontaines.

[Communiqué]“Nous, élus des Outremers, demandons solennellement au Gouvernement le retrait immédiat du projet de loi de réforme constitutionnelle”

La Présidente de Région Huguette Bello aux côtés de Présidents de collectivités ultramarines et de parlementaires ultramarins (dont les Réunionnais Evelyne Corbière, Karine Lebon, Frédéric Maillot, Emeline K/Bidi, Perceval Gaillard, Jean-Hugues Ratenon et Younous Omarjee) cosignent une tribune pour alerter sur la situation en Nouvelle-Calédonie et appeler le gouvernement à retirer son projet de loi de réforme constitutionnelle.