Revenir à la rubrique : Santé

Grippe A, grippe B, chikungunya, dengue : « Les symptômes sont les mêmes »

Il est actuellement difficile pour les médecins de diagnostiquer la nature du mal chez un patient qui présente des symptômes tels que des courbatures, de la fièvre et des maux de tête, qui sont les symptômes de la grippe saisonnière, mais aussi de la grippe A, du chikungunya et de la dengue.

Ecrit par Karine Maillot – le vendredi 21 août 2009 à 07H48

Depuis la rentrée ce lundi, certains médecins généralistes connaissent un nombre croissant d’arrêts maladies pour cause de grippe. « Depuis lundi, je prescris une flambée d’arrêts maladie » affirme Nicole V, médecin généraliste du Sud. Elle souligne qu’il est difficile de savoir si le patient est atteint d’une simple grippe saisonnière, dite grippe B ou si elle est atteinte de la grippe A… Voire du chikungunya. « Depuis quelques jours, des patients me disent avoir mal aux globes oculaires, ce qui est un symptôme courant chez une personne ayant contracté le virus du chikungunya. Quand la personne a déjà eu le virus du chik, je me dis qu’il s’agit d’une rechute ».

En apprenant que trois personnes habitant le même quartier et présentant des symptômes compatibles avec une infection par le virus du chikungunya ont récemment été signalées à la DRASS, Nicole V assure qu’elle effectuera « des prélèvements spéciaux » sur les patients qui disent entre autres avoir mal aux yeux et qui se plaignent de courbatures. « Les moustiques sont déjà de retour dans le sud » affirme le médecin, qui avoue que la similitude des symptômes compliquent le diagnostic. « Les symptômes de la grippe A sont les mêmes que ceux de la grippe saisonnière, les mêmes que le chikungunya et que la dengue, c’est-à-dire de la fièvre, des courbatures et des maux de tête ».

Nicole V rappelle qu’il est important de se rendre rapidement chez le médecin dès les premiers symptômes de grippe. « Les gens sont contagieux dès qu’ils toussent et que le nez coule, d’où la nécessité de porter un masque pour éviter qu’ils ne contaminent leur entourage ». Le risque, c’est la mutation du virus qui est favorisée au moment où il prolifère. « Avec les virus, tout est possible » affirme Nicole V.  » Lorsqu’un virus passe d’un individu à un autre, il prolifère très vite, mute et peut devenir virulent ».

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Réunion face au cancer : Une étude révèle des disparités de survie avec l’Hexagone

La première étude sur la survie des personnes atteintes de cancer à La Réunion entre 2008 et 2018 révèle des disparités significatives de survie entre les différents cancers, mais également entre La Réunion et la France hexagonale. Cette étude met en lumière l’impact de facteurs socio-économiques sur les causes de la maladie et la nécessité d’adapter les stratégies de lutte contre le cancer au contexte local.

Épidémie de Leptospirose : Circulation à un niveau élevé

Santé Publique France océan Indien fait le point sur les circulations virales en cours à La Réunion. L’épidémie de Leptospirose a atteint un niveau plus élevé que les années précédentes. Une personne diagnostiquée est décédée, mais les autorités ne peuvent pas confirmer un lien entre le décès et la maladie bactérienne.

Un quart des élèves réunionnais de 6e sont en surcharge pondérale

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité le 4 mars prochain, L’ARS et l’académie de La Réunion ont mené une étude conjointe sur la corpulence des enfants en classe de 6ᵉ. Sur 1.700 élèves, presque un quart d’entre eux sont déjà concernés par le surpoids.