Revenir à la rubrique : Social

Grève générale le 5 décembre: Vers un jeudi noir à La Réunion ?

Ce jeudi, plusieurs organisations syndicales appellent à la mobilisation générale pour contester le projet de réforme des retraites du gouvernement. Salariés du secteur privé, fonctionnaires, retraités, demandeurs d’emploi, et jeunes sont appelés à venir exprimer leur mécontentement autour d’un mouvement national qui pourrait durer dans le temps.  Cette date du 5 décembre n’a pas été […]

Ecrit par Nicolas Payet – le mercredi 04 décembre 2019 à 17H31
Ce jeudi, plusieurs organisations syndicales appellent à la mobilisation générale pour contester le projet de réforme des retraites du gouvernement. Salariés du secteur privé, fonctionnaires, retraités, demandeurs d’emploi, et jeunes sont appelés à venir exprimer leur mécontentement autour d’un mouvement national qui pourrait durer dans le temps. 

Cette date du 5 décembre n’a pas été choisie au hasard. Il y a 24 ans, le 5 décembre 1995, un million de Français étaient déjà descendus dans la rue pour protester contre la réforme des retraites portée à l’époque par Alain Juppé (Premier ministre de Jacques Chirac). Face à la paralysie du pays engendrée par les mouvements sociaux répétés entre novembre et décembre, le gouvernement avait fait marche arrière. 
 

À lire également : [Des perturbations annoncées dans les écoles et les services publics jeudi]urlblank:https://www.zinfos974.com/Actualise-Des-perturbations-annoncees-dans-les-ecoles-et-les-services-publics-jeudi_a146861.html

Alors que depuis l’an dernier les tensions se cristallisent autour du pouvoir d’achat, ce projet de réforme apparaît comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase. De quoi faire trembler le gouvernement. Les ministres se sont d’ailleurs retrouvés ce dimanche à Matignon pour préparer leurs éléments de langage  et faire bloc face à la contestation. 

Manifestations et opérations escargots

À La Réunion, deux manifestations sont organisées par l’intersyndicale. À Saint-Denis, le cortège partira du Petit Marché de Saint-Denis à 9 heures en direction de la préfecture, en passant par le centre-ville.  Dans le Sud, le rendez-vous est donné à 9 heures devant la mairie de Saint-Pierre, direction la sous-préfecture.

Des gilets jaunes ont décidé de se joindre au mouvement et prévoient l'[organisation d’opérations escargot]urlblank:https://www.zinfos974.com/Greve-du-5-decembre-Menaces-d-operations-escargot-menees-par-des-gilets-jaunes_a146887.html dans plusieurs secteurs de l’île. Des perturbations sont donc à prévoir sur les routes, mais aussi dans les établissements scolaires et services publics. 

Baisse des pensions

Prévoyant la suppression des régimes spéciaux pour un passage à un système de retraite à points, ce projet aux « contours flous » est critiqué par les syndicats et l’opposition en ce qu’il engendrerait une baisse des pensions et conduirait notamment à la précarisation des plus âgés. Il lui est aussi reproché de ne pas suffisamment prendre en compte la pénibilité et les carrières longues.
 

À lire également : [Les avocats vent debout contre la réforme des retraites: « Tout le monde y perdrait »]urlblank:https://www.zinfos974.com/Les-avocats-vent-debout-contre-la-reforme-des-retraites-Tout-le-monde-y-perdrait_a146946.html
Si l’exécutif assure que la réforme permettra plus de « justice », il ressort dune récente [étude du l’Institut de la protection sociale (IPS)]urlblank:https://www.institut-de-la-protection-sociale.fr/publication/contribution-de-linstitut-de-la-protection-sociale-a-la-2-eme-phase-de-concertation/  qu’elle serait notamment désavantageuse pour les parents de familles nombreuses et les mères de famille. « En faisant le choix d’un régime universel uniforme calculé sur la base de 3 plafonds annuels de la sécurité sociale, le projet Delevoye commet une erreur majeure de conception dont découle tout le reste », estime Bruno Chrétien, le président de l’Institut.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.