Revenir à la rubrique : Social

Grève Education Nationale: « Nous sommes totalement déçus »

Nouvelle journée de manifestation pour l'Education Nationale dans l'île. Les enseignants et élèves du Nord et du Sud étaient dans la rue pour dire "non" au suppression de postes, 162 au total, dans l'académie de la Réunion. Après une énième réunion au rectorat, l'intersyndicale est sortie une nouvelle fois déçue de l'entretien puisqu'aucune avancée n'a eu lieu. Une réunion doit avoir lieu prochainement entre les différents syndicats pour déterminer les suites du mouvement.

Ecrit par Julien Delarue – le vendredi 25 février 2011 à 15H30


Ce matin, le cortège, rassemblant enseignants et élèves, est parti depuis le parc de la Trinité pour se rendre au Rectorat de Saint-Denis. Motif de la grogne, la suppression de 162 postes d’enseignants dans l’académie de la Réunion, mais aussi de 55 postes de contractuels au Rectorat.

Avant l’arrivée du cortège sur le rectorat, plusieurs dizaines de personnes bloquaient l’entrée, « ça suffit, c’est encore cinq postes supplémentaires qui seront supprimés, on voudrait dire au ministère d’arrêter l’hémorragie et de mettre le doigt sur les problèmes de l’académie« , explique Marie-Claire François, de la CGTR.

L’intersyndicale reçue par le recteur

Vers 11 heures, les manifestants arrivent. Au milieu des enseignants, élèves et syndicats, beaucoup d’élus, notamment Gilbert Annette, maire de Saint-Denis, « il faut résister à cette casse du système éducatif français (…) une dizaine de classes va fermer, cela va a contre courant de ce que nous souhaitons, nous voulons davantage de moyens pour davantage de résultats« .

Vers 11h30, une délégation est reçue par le recteur de l’Académie de la Réunion, Mostapha Fourar, « on va demander à ce qu’il revienne sur le projet de suppression de postes (…) on verra bien qu’elles seront ses réponses« , explique Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale adjointe de la FSU. Une réunion qui va durer plus d’une heure.

L’intersyndicale ressort bredouille

La nouvelle réunion entre le recteur et l’intersyndicale n’a rien donné. « Nous sommes déçus, lâche à la sortie Marie-Hélène Dor, rien de neuf sous le soleil, on ne peut rien faire. Ce n’est pas moi qui décide, il faut participer à l’effort collectif nous a dit le recteur (…) il n’y a pas eu l’ombre d’une avancée« .

« On en est au même point, explique-t-elle avant d’ironiser il y a eu quelque chose d’intéressant. Le recteur nous a dit ceci : Si vous pouvez me démontrer quand vous serez devant votre classe et que vous avez plus d’élèves que je vous annonce moi, alors je vous assure que je me battrais au ministère pour avoir des postes supplémentaires« .

Une chose est sûre, pour l’intersyndicale le combat ne fait que commencer. Elle doit se réunir pour décider des nouvelles actions à venir, on peut s’attendre à d’autres perturbations dans les prochains jours.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Croix Marine : Les syndicats en appellent à l’arbitrage du préfet

Selon l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974, l’administratrice provisoire de la Croix Marine se serait prononcée en faveur de la liquidation de l’association dès le mois de septembre. Les élus du CSE et les syndicats réclament la négociation au préalable d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

L’administratrice de la Croix Marine recadrée par l’Inspection du travail

A la veille des négociations pour le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de la Croix Marine, qui s’ouvrent ce mercredi matin, l’Inspection du travail a fait parvenir un courrier à l’administratrice provisoire de l’association Michelle Narayani, la rappelant à ses devoirs d’information aux élus du CSE, mais aussi aux salariés s’agissant de leurs possibilités de reclassement ou de transfert dans des structures équivalentes.