Revenir à la rubrique : Social

Grève de la Poste : Gilbert Annette en « médiateur »

Une délégation FO et SUD PTT a été reçue cet après-midi par le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette. Une partie des employés de la Poste de Saint-Denis est en grève depuis plus d'une semaine. Après quelques réunions avec la direction qui ont toutes avorté, le personnel gréviste réclamait l'intervention du maire de la ville dans le conflit.

Ecrit par Ludovic Grondin – le mardi 28 septembre 2010 à 17H17

Au cœur des motivations de débrayage des employés de la Poste : le refus du projet « Facteur d’avenir » qui se déploie pourtant tout doucement sur l’ensemble du territoire national. Mais cette réorganisation de la société fait grincer des dents.

« Je vais écrire au directeur de la Poste de Saint-Denis pour appuyer votre revendication, vous pouvez compter sur moi. Simplement, tout en étant d’accord avec votre stratégie, je ne peux que regretter que le mouvement ne soit que localisé sur le chef-lieu », tempère Gilbert Annette, maire de Saint-Denis.

A ce grief, Eric Taochy, de SUD PTT, répond qu’il est difficile de mobiliser des collègues dont les sites ne sont pas encore concernés ou l’ont été avant celui de Saint-Denis. Le déploiement de ce projet « Facteur d’avenir » étant effectivement effectué par petites touches et pas au même rythme sur l’ensemble du territoire. « C’est en unissant vos forces que vous arriverez à faire valoir vos arguments », poursuit le maire de Saint-Denis.



« Les nouvelles embauches sont essentielles »

A minima, le personnel gréviste demande le report du projet qui doit entrer en vigueur au milieu du mois d’octobre. « Au mieux, nous souhaitons le maintien des 35 heures et sans sécabilité », soutient Daniel Carron, secrétaire fédéral départemental FO.

Pour rappel, la « sécabilité » ou « flexibilité » que combattent les grévistes est déjà appliquée sur Saint-Louis, mais d’autres sites, comme Saint-Denis, vont suivre. « Ce matin j’étais à Saint-Louis et les collègues du Sud nous font part de leur état d’usure. Les conditions de travail se sont dégradées. Au lieu d’embaucher de nouveaux bras pour combler les départs en retraite ou encore les remplacements ponctuels, on demande à des collègues de suppléer », dénonce Eric Taochy.

Avec une ville comme Saint-Denis qui compte près de 135.000 habitants, le maire s’étonne qu’il soit procédé à de la flexibilité plutôt qu’à de nouvelles embauches, surtout lorsque l’on sait que la Poste a présenté un bénéfice de 600 millions d’euros (ndlr : en réalité 531 millions d’euros annoncés en mars 2010) l’année dernière, conclut le maire du chef-lieu.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Retour en images sur le défilé du 1er mai

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé s’est tenu ce mercredi matin entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) avaient appelé à une mobilisation visant à promouvoir la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère. Photos : Pierre Marchal/Anakaopress

1er mai à Saint-Denis : Un défilé placé sous le signe de la paix et de la lutte contre la vie chère

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé est prévu à partir de 10h entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) appellent à cette mobilisation avec un accent mis sur la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère.

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.