Revenir à la rubrique : Politique

Gino Ponin-Ballom : “En mars 2008, j’ai fait le choix des Dionysiens”

Lors du second tour des élections municipales de mars, Gino Ponin-Ballom, alors conseiller municipal au sein de la majorité de René-Paul Victoria, a fait le choix de rejoindre la liste conduite par Gilbert Annette. L’élu de la Montagne ne regrette en rien cette décision.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 24 novembre 2008 à 12H26

“Mon choix, ce n’était pas d’aller avec Gilbert Annette ou d’aller contre René-Paul Victoria avec qui j’ai travaillé comme adjoint au sein de sa majorité. Le choix c’était d’aller pour les Dionysiens”.
Gino Ponin-Ballom, également président de la SIDR (Société immobilière de La Réunion) “pense qu’aujourd’hui, la population comprend qu’elle a un interlocuteur à Saint-Denis, que ce soit au niveau du monde économique, ou au niveau du personnel municipal”.
La présence de Gino Ponin-Ballom a eu au moins le mérite d’épargner un mauvais sort à quelques employés communaux, connus par la nouvelle majorité municipale pour être proches ou partisans de René-Paul Victoria.
“Les Dionysiens ont un interlocuteur qui est là pour les aider et aussi pour faire avancer les dossiers qui les concernent. Et c’est ça le plus important”.
Gino Ponin-Ballom dit également avoir franchit une nouvelle étape. “Un homme politique ne doit pas regarder son étiquette, et ne doit pas avoir de regrets concernant ses décisions. Cela a été le cas en mars 2008, lors du second tour des élections municipales. Mon choix a été posé et réfléchi et dans l’intérêt des Dionysiens”.
El selon le conseiller municipal, la collaboration avec le maire de Saint-Denis, se déroule dans un bon état d’esprit. “Jusqu’à ce jour, on travaille intelligemment avec Gilbert Annette. Je lui ai rappelé récemment que je suis un partenaire à ses côtés, pour le développement de Saint-Denis”.
Donc aucun regret ? “Il n’y a pas de regret”. “Vous avez déjà rencontré René-Paul Victoria depuis ?” “Oui, on s’est dit bonjour… Bien sûr, il y a de l’amertume… il y a sûrement une réflexion…”
Cette réflexion a conduit Gino Ponin-Ballom à participer à la création d’un nouveau parti politique. “Nous avons créé Entente Réunion pour montrer aux Dionysiens et aux Réunionnais qu’il y a au delà des partis politiques classiques, la possibilité de travailler ensemble pour La Réunion”.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Législatives : La demi-union de la gauche réunionnaise

Les plateformes de la gauche réunionnaises se sont rencontrées mercredi soir au siège du TO pour émuler l’union nationale des forces de progrès signée en vue des élections législatives. Un accord pour une candidature unique par circonscription n’a été trouvé que pour trois des six députés sortants de l’ex-Nupes.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

[Communiqué] « Action Populaire de La Réunion appelle à la plus grande mobilisation de l’ensemble des forces de gauche »

Après l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République, Action Populaire de La Réunion (APR) appelle à un rassemblement des forces de gauche et progressistes en vue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet, visant à réélire les députés sortants et à remporter la troisième circonscription de La Réunion.