Revenir à la rubrique : Social

Gilles Leperlier… en toute confidence

Médiatisé et sur tous les fronts pour la cause étudiante, Gilles Leperlier, le président du syndicat étudiant, l’Unef Réunion, essuie parfois les critiques… sur son mouvement mais aussi sur l’impact de ses affinités politiques dans son combat étudiant.

Ecrit par Melanie Roddier – le jeudi 19 février 2009 à 08H13

Dans un précédent article, l’Uni, l’un des cinq syndicats étudiant dénonçait les revendications et le mouvement mené par l’Unef actuellement sur le campus. Leur message est clair: « faites grève si cela vous plait, mais laissez ceux qui le souhaitent aller en cours« , exprimait Anthony Lan Yan Shun, le responsable local de l’Uni.
Parmi les 8.000 étudiants de l’Université de la Réunion, certains étudiants sont donc contre cette grève et ne seront certainement pas ce matin devant le Jardin de l’Etat pour venir faire entendre leurs revendications.

Pour d’autres, ce sont d’avantage les affinités politiques du président de l’Unef, Gilles Leperlier, qui dérangent. Plusieurs commentaires apparus sur ZInfos974 font état de « la gestion d’une collectivité ou d’un parti qui est souvent une affaire de famille à La Réunion« , ajoutant que « cette pratique n’avait pas encore touché les syndicats ». Le président de l’Unef-Réunion est « un certain Gilles Leperlier, étudiant au campus du Moufia. Devinez qui est le porte-parole de ce syndicat sur le campus sud? Mlle Leperlier! La sœur de notre jeune président. Notez également toute la finesse tactique de cette fratrie qui habite à l’Etang-Salé, fervents supporters de Fabrice Hoareau, le fils de Claude, le neveu de Roger« .

Un autre écrivait cette semaine: « ils concocteront ce que les dirigeants de l’alliance auront décidé avec la complicité du président de l’université. Rien de moins. La famille Leperlier (Gilles à Saint-Denis, Béatrice, sa soeur, au Tampon) sont aux ordres de la famille Hoareau du PCR« .

Nous avons proposé un droit de réponse à Gilles Leperlier qui s’exprime en vidéo, et dit se souvenir de ce type d’attaques gratuites lorsqu’il se trouvait au premier plan en 2006 lors des grèves contre le CPE.

Enfin, au sujet de son avenir, Gilles Leperlier reste énigmatique. Encore incertain ou veut-il préserver son secret? « J’ai des pistes, mais ne suis sûr de rien« , a-t-il répondu. Et pourquoi ne pas le retrouver un jour sur le devant de la scène politique locale?

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.