Le Zinfosblog de Gilette Aho

Grossesse précoce ? Enfant attendu ou désiré ?

Rédigé le Mardi 6 Décembre 2011 à 17:07 | Lu 716 fois




 
On peut attendre un enfant sans l’avoir voulu. Un enfant désiré est un enfant rêvé.

Une attente, un rêve… Revenons sur terre, sur notre Ile si possible où nos problèmes spécifiques se listent :

·         Les femmes battues,
·         Les grossesses précoces
·         L’obésité
·         L’alcool au volant
·         Les familles monoparentales
·         Le chômage
·         L’illettrisme..
·         Dernièrement les requins.. 
 
N’en rajoutez plus… La coupe est pleine…
 
En matière de grossesses précoces les chiffres sont « alarmants » «préoccupants »… Grossesses désirées ou non désirées… des mineures de plus en plus jeunes. Chaque année, il y environ 600 enfants qui naissent d’une mère mineure soit une dizaine chaque semaine…Pourquoi le taux de fécondité est 5 fois supérieur que celui de la métropole, question d’éducation ? question d’environnement ? question culturel ? Bref,  chacun y va de sa petite musique.
 
D’après une étude de l’ARS*, publiée en mai dernier : la conclusion est toute simple : : il existe deux catégories de femmes : celles qui désiraient un enfant ; celles pour qui la grossesse a été un "accident". Pour celles qui désiraient un enfant, elles assument entièrement leur maternité ainsi que le père. Pour la seconde catégorie : au-delà de la pleine acceptation du bébé, les jeunes filles reconnaissent un manque d’information à propos de la grossesse et des moyens de contraception.
 
Pour les deux catégories, l’arrivée du bébé est considérée comme un nouveau départ, un changement de statut social.
 
Alors pourquoi cinq fois plus de naissances dans notre Département ? Plusieurs raisons semblent se dessiner :

·         Une valorisation culturelle de la fécondité.
·         Un projet de vie pour oublier un projet professionnel
·         Un besoin d’affection, d’attention.
 
Au-delà des codes de la société qui sont de répertorier, organiser, analyser, les grossesses précoces restent tout de même une expérience forte pour chaque parent (mère ou père) qui doit faire face à l’éducation de cet enfant au fil des jours.
 
Une expérience forte,  enrichissante, des étapes quelquefois douloureuses, difficiles à surmonter que cette même société se doit d’accompagner d’une manière constante, régulière et sans jugement…
 
Après tout lorsque l’enfant paraît….
 
N° 21 – Mai 2011- LES GROSSESSES PRECOCES CHEZ LES MINEURES A LA REUNION
(Etude anthropologique) Laurence Pourchez – Sandrine DUPE – ARS - Infos Réunion Etudes et Statistiques Centre d’Observation et d’Analyse des besoins de Santé (COABS)
 
 


Commentaires

1.Posté par Nohant le 08/12/2011 13:34
Et rien sur un éventuel rôle joué par les religions, et notamment le catholicisme, bien plus actives et présentes à La Réunion qu'en métropole ? Oups chut il ne faut pas le dire ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Des mots au féminin… | Critique littéraire "livre pays" | Fiche pratique | LETTRE A | ESPACE ASSOCIATIF | SPECIAL FEMMES