Revenir à la rubrique : Société

Gendarmerie: De nouveaux négociateurs au GIGN

Après une formation dispensée par la cellule nationale de négociation du GIGN, la gendarmerie de la Réunion dispose désormais de 11 négociateurs basés sur l’île. Ces gendarmes ont pour mission de désamorcer des situations de crise (les personnes suicidaires, les rétentions familiales, les prises d’otage, les mutineries…). Axée sur la communication, cette spécialité a pour […]

Ecrit par – le samedi 04 février 2017 à 15H38
Après une formation dispensée par la cellule nationale de négociation du GIGN, la gendarmerie de la Réunion dispose désormais de 11 négociateurs basés sur l’île.

Ces gendarmes ont pour mission de désamorcer des situations de crise (les personnes suicidaires, les rétentions familiales, les prises d’otage, les mutineries…). Axée sur la communication, cette spécialité a pour objectif d’évaluer, de stabiliser voire de résoudre une situation initialement dégradée, sans recourir à la force.

Armés d’une grande disponibilité, d’un sens aigu de la communication et d’un sang froid à toute épreuve, les négociateurs régionaux font désormais partie intégrante du dispositif interventionnel de la gendarmerie de la Réunion.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

L’hommage de Secteur 410 à nos aînés

Les chanteurs de Secteur 410 continuent sur leur lancée de valorisation de La Réunion, de sa culture et de sa population. Cette fois, ils rendent hommage aux grands-mères.

La Chambre verte dans le rouge

La Chambre d’Agriculture de La Réunion est dans une situation financière difficile. Dans son rapport rendu public ce vendredi, la Cour des Comptes pointe notamment le sureffectif et a émis quatre rappels au droit. La Chambre consulaire pourrait être placée sous tutelle renforcée si elle ne redresse pas la barre.