Revenir à la rubrique : Social

Front de gauche et NPAR : « Pour une retraite à 60 ans et 37,5 annuités »

Cet après-midi s'est tenue une conférence de presse en présence du NPAR (Nouveau parti anti-capitaliste réunionnais) et du Front de gauche. Un front unitaire qui défilera derrière la même banderole demain, 12 octobre, lors de la mobilisation contre la réforme des retraites.

Ecrit par Julien Delarue – le lundi 11 octobre 2010 à 16H59

Le NPAR et le Front de gauche défileront derrière la même banderole lors de la manifestation de demain, le 12 octobre, contre la réforme de retraites. Ce front unitaire souhaite une retraite à 60 ans et à taux plein acquises au bout de 37,5 annuités de cotisation.

« Nous ne sommes pas là pour prendre le rôle de l’intersyndicale. Nous menons un combat politique et nous avons des propositions à faire« , explique un représentant du Front de Gauche.

60 ans et 37,5 annuités de cotisation

« L’unité de la gauche anticapitaliste et antilibérale exprime un soutien très fort à ce mouvement, car c’est une loi injuste, et le gouvernement doit entendre la rue« , déclare Eric Soret du NPAR.

Les deux partis politiques dénoncent la mauvaise répartition des richesses, « en 20 ans, la France a doublé ses richesses, on pourrait l’utiliser pour payer les pensions ». La demande de maintenir la retraite à 60 ans est indispensable car « ce qui nous intéresse, c’est l’espérance de vie en bonne santé, on remarque, selon les derniers chiffres publiés (ndlr : Insee), que les hommes sont en bonne santé jusqu’à 63 ans en moyenne, et 64 ans pour les femmes« .

Une loi peut être retirée sous la pression de la rue

Concernant les 37,5 ans d’annuités, « l’âge d’entrée sur le marché du travail est, en moyenne de 22 ans, et l’âge moyen d’arrêt d’activité est de 58,5 ans. Le fait de mettre 37,5 années de cotisations retraites en place permettrait à tout le monde d’avoir la possibilité d’avoir une pension à taux plein à 60 ans« .

Alors que le projet de loi est déjà passé entre les mains des députés et dernièrement au Sénat, qui a voté le passage de la retraite de 60 à 62 ans, le front unitaire de gauche ne se décourage pas, « rien n’est joué, le passé nous montre que même quand il y a des lois qui sont votées, derrière il n’y a pas les décrets d’applications. Deuxième élément, le CPE, loi votée par Villepin, a du être retiré sous la pression de la rue. Le gouvernement utilise le calendrier législatif pour tenter une démobilisation et on constate au contraire qu’il y a une radicalisation du mouvement, de bonne augure, si M. Sarkozy ne l’entend pas !« , conclut Eric Soret.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Retour en images sur le défilé du 1er mai

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé s’est tenu ce mercredi matin entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) avaient appelé à une mobilisation visant à promouvoir la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère. Photos : Pierre Marchal/Anakaopress

1er mai à Saint-Denis : Un défilé placé sous le signe de la paix et de la lutte contre la vie chère

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé est prévu à partir de 10h entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) appellent à cette mobilisation avec un accent mis sur la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère.

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.