Revenir à la rubrique : Social

Florilège de réactions

Le préfet de La Réunion, Pierre-Henry Maccioni, a demandé aux pétroliers de baisser de 10 centimes d’euro le prix du litre de carburant. C’est ce qui a permis de débloquer le conflit. En marge des diverses réactions recueillies à l'issue de la signature du protocole d'accord, Raymond Lauret, conseiller régional, pose alors la question suivante : “Est-ce que ce n’est pas à l’Etat d’influer sur les modalités de fixations du prix du carburant?”

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 11 novembre 2008 à 09H00

Ary-Claude Caro, porte-parole de l’intersyndicale : “Ces cinq jours de combat ont été longs et éprouvants pour les transporteurs, et peut-être un peu plus pour une partie de la population. Aussi, nous présentons nos excuses à tous les Réunionnais pour les gênes que notre mouvement a occasionnées. Nous nous réjouissons de la signature de ce protocole d’accord. C’est un résultat positif pour l’intersyndicale des transporteurs, nous sommes également fiers d’avoir obtenu une baisse de 10 centimes d’euro par litre de carburant pour la population”.

Pierre Vergès, vice-président de la Région Réunion : “Je voudrais avant tout saluer la méthodologie qui était celle du président de la Chambre de commerce. Cela permis de résorber le malentendu qui est intervenu avant le week-end. Ce week-end a été tout de même salutaire, car nous avons travaillé en mesurant les dangers qui nous guettent tous, puisque d’une revendication catégorielle, il y a eu la prise en main par l’opinion du coût du carburant dans le budget des ménages”.

Eric Magamootoo, président de la CCIR : “Je crois que nous avons réussi notre mission de médiation. Nous avons pu emmener tout le monde à se parler, à s’écouter, à se comprendre, et à conclure la fin de ce conflit. Je m’en réjouis. A cet instant, je pense à l’ensemble de la population réunionnaise et aux entreprises qui ont souffert au cours de ces derniers jours ».

Raymond Lauret, conseiller régional : “Ce conflit nous amène à nous poser la question suivante : est-ce qu’à la Région nous devons diminuer les enveloppes qui nous permettent de financer des travaux routiers? Ces chantiers donnent du travail à ces mêmes entreprises. Et est-ce que ce n’est pas à l’Etat d’influer au plus haut niveau, sur les modalités de fixation du prix du carburant?

Joël Mongin, président de la FNTR : “Je tiens à remercier Monsieur le préfet, car sans son intervention, nous n’aurions pas eu les 10 centimes d’euro qui nous ont permis d’avoir une base de négociation convenable pour les transporteurs. Je remercie également la Région Réunion pour l’effort fait pour les socio-professionnels. Ce geste aurait pu intervenir dès vendredi”.

Pierre-Henry Maccioni, préfet de La Réunion : “J’ai pris moi-même l’initiative par rapport à la réunion de vendredi dernier, de demander un effort supplémentaire aux pétroliers pour que la mise soit multipliée par deux. C’est-à-dire qu’à partir de mercredi, tous les Réunionnais auront accès à la pompe avec une baisse de 10 centimes d’euro, que ce soit sur le gazole, ou le super sans-plomb”.

Roland Robert, président de l’Association des maires : “En moyenne, l’octroi de mer représente 25% du budget des municipalités, C’est une somme conséquente surtout pour les petites communes. Cet argent nous permet de construire des routes, des écoles et diverses infrastructures. L’octroi de mer est vital pour les mairies”.

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial