Revenir à la rubrique : Politique

Européennes : Alain Armand et Christine Soupramanien avec Elie Hoarau

Alain Armand, adjoint au maire de Gilbert Annette à Saint-Denis, et Christine Soupramanien, première adjointe au maire de Petite-île, font partie d'un comité de soutien à la liste conduite par le secrétaire général du PCR, Elie Hoarau. Leur décision confirme, si besoin était, le malaise croissant qui existe au sein du PS local depuis la désignation d'Ericka Bareigts.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 26 mai 2009 à 10H08

Que Christine Soupramanien, conseillère régionale, première adjointe de Guito Ramoune à Petite-île, et suppléante du député Patrick Lebreton, également maire de Saint-Joseph, soutienne la liste conduite par Elie Hoarau à la prochaine élection européenne, c’est une suite logique. En effet, le divorce est déjà consommé au sein du Parti socialiste local entre les pro-Annette et les pro-Lebreton.

Mais comment expliquer le choix d’Alain Armand, conseiller régional, conseiller municipal de Saint-Denis et collègue d’Ericka Bareigts ? En effet, Alain Armand sait déjà qu’il ne figurera plus sur la liste de l’Alliance de Paul Vergès, aux futures régionales. Il a plus de chance d’être sur celle de Gilbert Annette. Alors pourquoi ce positionnement contre Ericka Bareigts, sa collègue à la mairie de Saint-Denis ?

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Bilan de mi-mandat : Le terrain pour les rodéos bientôt prêt

S’il reste encore deux ans à Olivier Hoarau pour remplir ses promesses de campagne, certains dossiers continuent leur chemin comme le futur terrain de rodéos à deux-roues, ou le projet de l’Amiral. D’autres, comme la piscine intercommunale, semble encore dans les limbes.

Législatives : Après le chaos, le statu quo

Après une dissolution de l’Assemblée nationale, des élections législatives anticipées, une campagne tumultueuse et une mobilisation record des électeurs, le camp Macroniste s’est de nouveau retrouvé majoritaire lors du vote inaugural de la nouvelle législature. Yaël Braun-Pivet, protégée d’Emmanuel Macron, reprend sa place au perchoir de l’Assemblée nationale et prouve que malgré le séisme électoral, les plaques tectoniques de la politique française n’ont en fait pas vraiment bougé.