Revenir à la rubrique : Politique

Etats généraux : Kiltir Partou dit stop à la surrémunération

Le Collectif Kiltir Partou a rencontré hier matin le président de la commission 8 des Etats généraux, Roger Ramchetty, afin de lui soumettre ses propositions concernant l'éducation, la langue, la culture, la mémoire, le patrimoine, le secteur professionnel de la culture, l'économie culturel, l'emploi local... L'accent a surtout été mis sur la suppression de l'indexation des salaires.

Ecrit par Karine Maillot – le dimanche 14 juin 2009 à 08H47

Le Collectif Kiltir Partou qui regroupe 41 associations au total, a soumis à Roger Ramchetty un ensemble de propositions pour l’atelier 8 des Etats généraux. Il demande principalement la suppression de l’indexation des salaires. Cela permettrait selon le collectif la création d’emplois dans le médico-social par exemple. Le collectif entend signer une charte avec les partenaires sociaux et donner la priorité de l’emploi à compétence égale aux Réunionnais.

Autre point abordé, la ratification par la France de la Charte Européenne des langues minoritaires et le vote d’une loi donnant un véritable statut aux langues régionales de France.

Pour l’éducation, Kiltir Partou souhaite que le système scolaire « permette à l’enfant d’inscrire son île dans son histoire, et de s’inscrire lui-même dans la langue et la culture de ses parents et de ses ancêtres ». Le collectif attend « une reconnaissance officielle et affirmée de la langue créole comme langue maternelle, pour une plus large majorité des élèves « …

Le développement du secteur professionnel de la culture et de l’économie culturelle doit passer entre autres par « la structuration du secteur professionnel de la culture par une prise en compte plus systématique des problématiques socio-économiques réelles dans la politique culturelle publique » selon les représentants de Kiltir Partou.

En ce qui concerne la commission culture, Kiltir Partou propose la création d’un pôle spécialisé dans la culture urbaine. Un lieu où pourraient s’exprimer les pratiquant de graffe, du rap et tous les nouvelles pratiques culturelles.

En terme d’emplois, le collectif demande en premier lieu la mise en place d’un programme de résorption de l’emploi précaire dans l’administration publique ainsi que l’embauche dans les activités urbaines, en lien avec le développement durable.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.