Revenir à la rubrique : Education

Eric Fruteau a fait le choix de l’honnêteté

Ils sont plusieurs conseillers municipaux, généraux et régionaux à continuer à percevoir leur salaire de fonctionnaire d’Etat ou territorial en général, et d’enseignant en particulier, alors qu’ils ne font pas “leurs heures” de travail. Eric Fruteau, maire et conseiller général de Saint-André, lui, a préféré choisir…

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mercredi 11 février 2009 à 11H22

Un professeur agrégé qui émarge à 6.000 euros et qui n’est jamais présent dans son établissement scolaire, ça fait “jaser”. Un chef d’établissement à 6.000 euros de salaire net, qui est trop rarement dans son collège, “ça la fout mal” parmi le personnel de direction de l’Education nationale…
Eric Fruteau, maire et conseiller général de Saint-André, s’était engagé avant les élections municipales de 2008 “que je ferais le choix entre mon métier de maire et d’enseignant, si notre liste était élue”.
Ce choix, l’édile de Saint-André, l’avait fait une première fois, dès son premier mandat électif. “Quand j’ai été élu conseiller général, j’ai demandé un mi-temps pour pouvoir faire ce que j’aime faire, c’est-à-dire la politique”.
Eric Fruteau a gardé cette ligne de conduite dès son accession à la fonction de maire alors que, dit-il, « j’aurais pu effectuer mes heures en deux jours. C’est une question d’honnêteté d’abord vis-à-vis de soi-même puis vis-à-vis des élèves et de la population”.
“Car il est difficile de mener pleinement deux métiers aussi prenants. La concentration n’est pas entière. La qualité de notre travail, les élèves et la population souffrent forcément de ce manque d’engagement”.
Eric Fruteau a choisi entre les 3.400 euros d’enseignant et les 2.900 euros de son travail de maire. “Je gagne 30 euros de moins que Jean-Paul Virapoullé”. Pour couper court à toute polémique, il ajoute : “J’ai aussi mes indemnités de conseiller général et de vice-president de la Cirest”.
Quelle que soit la façon d’aborder ce problème, il y a une réalité : Eric Fruteau a été honnête au moins vis-à-vis des élèves qui attendent du savoir, de la méthode, du sérieux et du travail régulier de la part de leur enseignant.
Ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Ce n’est pas le cas non plus de l’Education nationale qui ne sanctionne jamais ces enseignants également élus, qui compromettent l’avenir de beaucoup d’enfants, par leur seul appât du gain…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] « Modification du calendrier scolaire : quand l’unité paye »

Suite à la mobilisation des organisations syndicales contre les modifications du calendrier scolaire, le recteur a informé celles-ci par mail hier qu’il accédait à leurs demandes. Il n’y aura donc pas de changement de calendrier, et le ministère de l’Éducation nationale étudie d’autres dates pour les examens de la voie professionnelle.