Revenir à la rubrique : Actu Ile de La Réunion

Epidémie d’arrêts de travail à La Réunion

​La vague de contamination à laquelle est confrontée l’île depuis plusieurs semaines emmène avec elle un nombre considérable d'arrêts maladie. Le point sur cette épidémie d'absentéisme à La Réunion.

Ecrit par 2341926 – le vendredi 07 janvier 2022 à 11H38

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

La forte présence du variant Delta et la montée en puissance du variant Omicron entraînent une augmentation importante du nombre de cas et par conséquent du nombre d’absentéisme au travail.
En décembre, l’Assurance Maladie recense XXX arrêts maladie,  contre XX le mois précédent.

L’indemnisation des interruptions de travail

Un dispositif d’indemnisation dérogatoire des arrêts de travail pour certains publics a été créé spécifiquement dans le cadre de la crise sanitaire. Cas contact, salariés covid-positifs, selon sa situation, l’assuré bénéficie d’indemnité journalière ou est placé en activité partielle, durant plusieurs jours.

Le télétravail pour limiter les contacts

Pour limiter la propagation du virus en milieu professionnel, le gouvernement a rendu obligatoire le télétravail à raison de trois jours minimum par semaine, lorsque cela est possible.

Les 24 772 cas recensés au mois de décembre ont provoqué une vague d’absentéisme au travail, qui malgré les mesures gouvernementales pourrait tendre à grimper encore, et notamment dans les entreprises où le travail à distance n’est pas envisageable.

La Covid-19 pèse lourdement sur les ressources humaines

Le phénomène qui prend de l’ampleur commence à peser lourdement sur certaines activités professionnelles.
 
“On commence a avoir beaucoup de cas parmi le personnel, ce qui rend encore plus difficile de s’organiser”, confie le directeur d’un hôtel du Sud.

Du côté des services hospitaliers également “on a un taux d’absentéisme qui est inquiétant’‘, a déclaré Lionel Calenge à l’issue de la conférence de presse ce jeudi au CHU Nord. L’établissement recense 130 arrêts maladie de personnels atteints du Covid-19 ce jeudi.
“On y pallie par une solidarité inter-service, des contractuels, mais aussi des déprogrammations de soins”, a ajouté le directeur du CHU. 
Si le phénomène venait à s’intensifier, l’établissement pourrait prendre de nouvelles décisions, tels qu’une réorganisation de certains services ou la fermeture de certains d’entre eux.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Rima Hassan accusée de manipulation dans une vidéo sur Israël : La polémique enfle

Rima Hassan, élue de La France Insoumise, fait de nouveau l’objet de vives critiques, cette fois pour avoir diffusé une vidéo sur X (anciennement Twitter) concernant un incident en Israël. Publiée hier à 17h39, la vidéo montre un soldat israélien frappant une femme voilée au sol à coups de pied. À première vue, la scène est choquante et semble indiquer un acte gratuit de violence de la part du soldat, comme le laisse entendre Rima Hassan.

Deux avions se frôlent dans le ciel de New York

Deux avions de ligne ont frôlé la catastrophe dans le ciel de l’État de New York le 8 juillet dernier. Les appareils sont passés à une centaine de mètres l’un de l’autre, un incident qui a été capturé par une caméra de la police de Syracuse.

Le gouvernement renonce à une hausse des tarifs de l’électricité prévue pour le 1er août

Le gouvernement français a annoncé qu’il ne procéderait pas à l’augmentation du prix de l’électricité d’environ 1 % initialement prévue pour le 1er août, comme l’a confirmé lundi 15 juillet la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Cette hausse, liée à la revalorisation du tarif d’utilisation des réseaux publics de distribution d’électricité (Turpe), aurait concerné quelque 22 millions de ménages et entreprises.