Revenir à la rubrique : Sondage

​Enfants délinquants : les parents doivent-ils être sanctionnés ?

#LeDébatDuCouvreFeu vous invite à réagir à la suite des propos tenus par le maire de Saint-Benoît et le préfet ce vendredi matin. Les parents doivent-ils eux aussi être sanctionnés après la condamnation de leur enfant impliqué dans des actes d’agression ? Donnez votre avis !

Ecrit par Zinfos974 – le vendredi 28 janvier 2022 à 21H00

Tout aussi déterminé qu’il y a une semaine, au plus chaud des événements de Bras Fusil, Patrice Selly plaide pour une sanction des parents « sans état d’âme ». Le maire de Saint-Benoît compte d’ailleurs évoquer le sujet des sanctions dans l’attribution des allocations familiales lorsqu’il rencontrera la semaine prochaine le directeur de la CAF.

Violences à Bras-Fusil : Identification en cours des familles des fauteurs de troubles

Dans le même ordre d’idée, le préfet Jacques Billant a rappelé que les parents ont des devoirs et des responsabilités. De ce fait, l’Etat se réserve le droit d’engager la responsabilité pénale ou civile des parents, ce qui aurait pour effet de condamner les parents à verser des intérêts aux victimes. 

Alors, les parents doivent-ils payer pour les dégâts générés par leur enfant délinquant ? Donnez votre avis en commentaire !

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[RESULTAT SONDAGE] Faut-il légaliser le zamal ?

La France est l’un des pays européens qui compte le plus de trafics et de consommateurs de cannabis. À La Réunion, le zamal est également très répandu. Vous avez peut-être pu suivre l'émission...

[SONDAGE] Que pensez vous de la grève éclair de Thierry Robert ?

Thierry Robert s’est lancé hier soir dans une nouvelle opération commando comme il en a l’habitude. Déjà en septembre 2012, le jeune député avait souhaité la bienvenue d’une manière insolite au tout nouveau préfet Jean-Luc Marx. Le maire de Saint-Leu s’était enfermé dans les jardins de la préfecture. Une action insolite qui avait, déjà à l’époque, débuté à la nuit tombée. Il avait fallu l’intervention des policiers pour déloger l’invité surprise du préfet. Hier soir, rebelote, pour marquer son désaccord total sur l’avis favorable de la commission  » Environnement  » statuant sur le sort du site de Bois Blanc, Thierry Robert a entamé une grève de la faim vite désamorcée par le préfet Dominique Sorain. Etes-vous d’accord avec la méthode employée par l’élu pour se faire entendre ? Répondez à notre sondage du jour.