Revenir à la rubrique : Economie

En bourse, ‘il faut vendre au clairon et acheter au canon’

La création par les banques de crédits de mauvaise qualité, à savoir les « subprimes« , puis leur mise sur le marché, a donné des instruments bancaires très volatiles, avec des degrés de risque énorme. Aujourd’hui, le volume de ces titres est pharaonique et remet en cause l’ensemble du système bancaire mondial… Après coup, cette crise financière […]

Ecrit par Karine Maillot – le vendredi 10 octobre 2008 à 12H47

La création par les banques de crédits de mauvaise qualité, à savoir les « subprimes« , puis leur mise sur le marché, a donné des instruments bancaires très volatiles, avec des degrés de risque énorme.
Aujourd’hui, le volume de ces titres est pharaonique et remet en cause l’ensemble du système bancaire mondial…
Après coup, cette crise financière était prévisible, comme les précédentes…
Mais cette fois, il y a en plus un risque considérable de faillites d’institutions bancaires que l’on croyait à jamais ancrées dans le paysage de la finance mondiale, car elles se retrouvent à court de liquidité.
D’où l’effondrement des bourses mondiales.
Les actions sont au plus bas. Raison de plus pour ne surtout pas les vendre, selon Radj Koytcha, conseiller en gestion de patrimoine. Comme on dit souvent, « en bourse, il faut vendre au clairon et acheter au canon« . C’est à dire vendre quand tout va bien, et acheter quand tout va mal…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Air Austral risque d’avoir encore besoin de 30 millions, les actionnaires ont 6 mois pour trouver les solutions

Nouvelle réunion cruciale pour Air Austral mardi matin à Paris. Lors de la dernière réunion du 19 mars, l’État avait posé un certain nombre de conditions à une nouvelle aide à la compagnie régionale Air Austral : l’apport de 10 millions d’euros « frais » au capital, la mise en place d’un accord de performance collective avec les salariés et la réalisation d’un audit par une entreprise indépendante.
Si les premières conditions ont bien été réunies, la lecture ce matin de l’audit de la société Accuracy a eu de quoi donner de nouvelles sueurs froides aux actionnaires. Il ressort de l’analyse des comptes d’Air Austral la nécessité d’une nouvelle injection d’une trentaine de millions d’euros au début de l’année prochaine.
Les actionnaires, pour leur part, espèrent que les efforts accomplis tant par les actionnaires que par les salariés, ainsi que la résolution de quelques conflits en cours, notamment avec Airbus à la suite de l’immobilisation des A220, permettront d’éviter un nouvel apport financier.

VivaTech : La Réunion en force au plus grand salon du monde pour les nouvelles technologies

La Région Réunion envoie une forte délégation de représentants de 10 startups participer au salon international VivaTech qui s’ouvre demain matin porte de Versailles à Paris.
Il s’agit du plus grand salon au monde en matière de nouvelles technologies, qui est même passé devant le CES de Las Vegas, et il accueillera encore cette année des intervenants de très grande qualité. Et notamment beaucoup de fonds d’investissements à la recherche de sociétés à financer. Exactement ce que recherchent nos startups locales…