Revenir à la rubrique : Social

Elle dit oui à son compagnon décédé

"Mademoiselle Adelin Rose-Marie, voulez-vous prendre pour époux et légitime Monsieur Chan-Weng-Yen, Jean Eloi? Oui je le veux". Vêtue de blanc, Marie Adelin a dit "oui" sous un tonnerre d’applaudissements, entourée de ses enfants et de ses témoins.

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 24 octobre 2008 à 19H31

Acquiescement dans un mariage peu banal, puisque cette Saint-Andréenne vient d’épouser son compagnon, décédé en 2005.
« Cette union et une belle histoire. C’est évidemment la première fois pour moi mais aussi pour la ville de Saint-André« , raconte le maire Eric Fruteau.
C’est donc à titre posthume que Marie Adelin a officialisé son union avec Jean Eloi, emporté par une crise cardiaque le 25 septembre 2005, quelques jours avant leur mariage. Les bans avaient été publiés, la salle de mariage réservée, le traiteur commandé et même la robe était prête.
Ils vivaient en concubinage depuis 25 ans, et ont eu trois enfants, aujourd’hui âgés de 22, 17 et 5 ans.
Marie Adelin avait effectué les premières démarches il y a trois ans, le 10 novembre 2005 s’adressant pour la première fois au procureur de la République. Ce n’est qu’en juillet dernier qu’on apprend à la future mariée que le décret autorisant leur union a été signé par le Président de la République, le Premier Ministre et la Garde des Sceaux.
« Je l’ai fait pour moi et mes enfants« , explique Marie, émue, après la cérémonie, et prête à entrer dans la voiture blanche qui l’emmène au cimetière pour se recueillir sur la tombe de son mari.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.