Revenir à la rubrique : National

Elisabeth Borne présente son nouveau gouvernement

Suite à la perte de la majorité absolue lors des dernières élections législatives, la Première ministre a été contrainte de modifier son gouvernement avant son discours de politique générale, les ministres n’ayant pas été élus aux législatives devant quitter leur fonction de ministre. Les grands ministères régaliens n’ont pas bougé, tandis qu’un jeu de chaises musicales s’est déroulé derrière.

Ecrit par 1776023 – le lundi 04 juillet 2022 à 12H28

Le 1er gouvernement d’ Elisabeth Borne n’aura pas eu le temps d’être présenté à l’Assemblée nationale. Les élections législatives ayant redessiné la carte politique du pays pour les 5 prochaines années, la Première ministre a donc dû changer ses plans et proposer une nouvelle mouture avant son discours de politique générale prévu mercredi.

Les noms des premiers partants étaient déjà connus puisque la règle était simple avant les législatives : pas de ministre non élu député. Ainsi, Brigitte Bourguignon, ministre de la Santé, Justine Bénin, secrétaire d’État à la Mer, et Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique, savaient déjà qu’elles ne seraient pas de la partie. C’est le cas également de Yaël Braun-Pivet qui a quitté le ministère des Outre-mer pour la présidence de l’Assemblée nationale.

Ces ministres ne sont pas les seuls à avoir fait leurs cartons. Damien Abad, accusé de viol, a été écarté du gouvernement.

Les 4 ministères régaliens (Économie, Justice, Intérieur, Défense) n’ont pas bougé.
 

Le nouveau gouvernement :
 

Les ministres

  • M. Bruno LE MAIRE, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique ;
  • M. Gérald DARMANIN, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer ;
  • Mme Catherine COLONNA, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères ;
  • M. Éric DUPOND-MORETTI, garde des Sceaux, ministre de la Justice ;
  • M. Sébastien LECORNU, ministre des Armées ;
  • M. Olivier DUSSOPT, ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion ;
  • M. Pap NDIAYE, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse ;
  • Mme Sylvie RETAILLEAU, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ;
  • M. Marc FESNEAU, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire ;
  • M. Christophe BÉCHU, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires ;
  • Mme Agnès PANNIER-RUNACHER, ministre de la Transition énergétique ;
  • Mme Rima ABDUL-MALAK, ministre de la Culture ;
  • M. François BRAUN, ministre de la Santé et de la Prévention ;
  • M. Jean-Christophe COMBE, ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées ;
  • M. Stanislas GUERINI, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques ;
  • Mme Amélie OUDÉA-CASTÉRA, ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques.

Les ministres délégués

Auprès de la Première ministre

  • M. Olivier VÉRAN, chargé du Renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement ;
  • M. Franck RIESTER, chargé des Relations avec le Parlement ;
  • Mme Isabelle ROME, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances.

Auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique

  • M. Gabriel ATTAL, chargé des Comptes publics ;
  • M. Roland LESCURE, chargé de l’Industrie ;
  • M. Jean-Noël BARROT, chargé de la Transition numérique et des Télécommunications ;
  • Mme Olivia GRÉGOIRE, chargée des Petites et moyennes entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme.

Auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

Mme Caroline CAYEUX, chargée des Collectivités territoriales.

Auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer

M. Jean-François CARENCO, chargé des Outre-mer.

Auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

M. Olivier BECHT, chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger

Les secrétaires d’État

Auprès de la Première ministre

  • Mme Charlotte CAUBEL, chargée de l’Enfance ;
  • M. Hervé BERVILLE, chargé de la Mer ;
  • Mme Marlène SCHIAPPA, chargée de l’Économie sociale et solidaire et de la Vie associative.

Auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer

Mme Sonia BACKÈS, chargée de la Citoyenneté.

Auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

  • Mme Laurence BOONE, chargée de l’Europe ;
  • Mme Chrysoula ZACHAROPOULOU, chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux.

Auprès du ministre des Armées et du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Mme Sarah EL HAÏRY, chargée de la Jeunesse et du Service national universel.

Auprès du ministre des Armées

Mme Patricia MIRALLÈS, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire.

Auprès du ministre de la transition Écologique et de la Cohésion des territoires

  • Mme Bérangère COUILLARD, chargée de l’Écologie ;
  • Mme Dominique FAURE, chargée de la Ruralité.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.

Le RN arriverait en tête selon un premier sondage sur les intentions de votes aux législatives

TF1 vient de publier les résultats d’une enquête menée par l’Ifop sur les intentions de vote au premier tout des législatives du 30 juin prochain auprès d’un échantillon de 1 089 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 205 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée du 10 au 11 juin 2024. Les chiffres sont des pourcentages des suffrages exprimés.
On découvre que le RN arriverait dans toutes les hypothèses en tête, mais qu’il serait talonné par la Gauche. Le parti d’Emmanuel Macron serait distancé.
Attention. Il ne s’agit là que d’un sondage réalisé à trois semaines du scrutin. Mais surtout, il ne s’agit que de projections sur des pourcentages de votants du premier tour et ne correspondrait en rien avec le nombre d’élus susceptibles de se faire élire au second tour. Il ne tient bien évidemment pas compte des consignes de vote qui pourraient être données (ou ne pas être données) par les candidats battus du 1er tour. Et ne répond par exemple pas à la question d’un éventuel front républicain anti-RN.
Mais surtout, il ne peut anticiper l’éventuel « effet de vague », c’est à dire la dynamique dont pourrait profiter le RN après sa victoire aux Européennes.