Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Ecole et sexe, Freud ne s’est pas trompé sur tout.

-Courrier des lecteurs-

Ecrit par François-Michel Maugis – le mardi 06 février 2024 à 08H06
Courrier des lecteurs 2024

Le mineur de 14 ans que l’on appelle Kevin par pudeur, et qui a tenté d’assassiner sa petite amie du même âge, Dieu merci, est une exception, un cas limite. Mais la vie est ainsi faite, que les situations extrêmes sont des indices, des signaux. Au-delà des sanctions qui, bien entendu doivent être exemplaires, je me demande, en tant que médecin, si la société est capable, comme l’industrie, de comprendre le message sociétal et de régler ces « non-conformités » pour que ce genre d’accident et de drame ne se reproduise pas. Les prisons françaises n’ont jamais connu une telle affluence, nous dit-on. N’est-ce pas, parce que la société française se montrerait incapable de prendre les mesures nécessaires pour que les incivilités et les crimes se réduisent ? Nous semblons tous être noyés dans une sorte de brouillard nous empêchant de voir la réalité en face. La vraie culture a déserté l’école. Il n’y a plus de curiosité chez les enfants ou une curiosité détournée par le manque de réponses de la société et/ou de l’école. Tout est aseptisé, mâché, lissé et finalement fort indigeste. Alors, à la recherche désespérée de la vraie vie, on se tourne vers l’artificiel. Mais cela ne suffit pas. Ils ne sont pas idiots ces petits, ils savent bien que la vraie vie c’est autre chose. Il suffit de pousser le bouton de la télé pour voir des horreurs, vraies comme les guerres ou fictives comme les films d’horreur dont ils raffolent. Parce que l’on n’a pas su répondre à leurs vraies questions, ils vont chercher n’importe quelle réponse, y compris les pires. L’éveil des sens chez les ados est une bombe dont on ne se méfie pas assez. Sous la couverture étanche du mépris des adultes, couve ce feu de la vie. La pression des frustrations augmente donc et peut finir par exploser. « Vous n’avez pas compris mon envie de vivre, alors je vais jouer avec la mort, pour voir ». Il s’agit là d’une vision un peu facile, mais comment comprendre, comment expliquer autrement cet accès de furie incompréhensible ?

Tout ce que l’on trouve dans le web, notre bibliothèque mondiale, à ce sujet, relève d’une approche puritaine, très lisse, à la limite du politiquement correct, et très éloigné de ce qu’attendent nos enfants à cette époque de leur vie. Une seule exception, semble-t-il, l’approche canadienne :
« Sur le point d’entrer à l’école secondaire, les enfants âgés de 10 à 12 ans vivent les premières étapes de la puberté : alors qu’ils voient leur corps et celui de leurs camarades se transformer, ils développent de nouveaux intérêts et ont davantage envie de plaire, tout en devenant plus sensibles à la pression des pairs. »

SOURCE : http://www.santecom.qc.ca/bibliothequevirtuelle/Montreal/9782896734672.pdf

Cette introduction du Directeur de l’Agence de Santé pourrait paraître un peu trop soft et au-dessous des véritables besoins. Dieu merci, la suite est beaucoup plus rassurante en ce qui concerne l’adéquation de la réponse aux besoins exprimés, futurs ou ressentis, du jeune public. A chaque étape de l’initiation proposée par le dossier pédagogique de cette Agence de Santé, il est prévu de demander leur avis aux enfants et il leur est suggéré de poser toutes les questions qui leur viennent à l’esprit. Là est sans doute l’originalité de cette démarche. Dans d’autres pays comme la Finlande, réputée pour la qualité de son enseignement, on n’hésite pas à préparer nos bambins à ce qui les attend à l’âge adulte, dès 3 ou 4 ans ! Il ne faut tout de même pas oublier que, du stade du « pipi caca » au stade du sexe « copulateur, reproducteur et sensuel » il y a un gouffre bien difficile à combler, même en commençant la préparation dès l’âge de 3 ans. Enfin, il faut bien admettre également que l’urbanisation a écarté de plus en plus nos enfants, de la présence enrichissante de la nature à laquelle avaient droit les enfants des agriculteurs qui ne représentent plus aujourd’hui qu’une infime minorité de la population. Tous ces facteurs négatifs expliquent en grande partie les dérives sociétales vers l’artificiel et le déséquilibre. Les plus faibles (les enfants) en sont les premières victimes. Sans prise de conscience de ces phénomènes sociétaux et sans mesures correctives efficaces, il sera bien difficile d’enrayer cette évolution délétère.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
19 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mordicant
20 jours il y a

 » je me demande, en tant que médecin,  »
écrivez vous !
Diantre ! vous voilà médecin dans ce billet !

***
Où est Freud dans ce billet ?

***
 » La vraie culture a déserté l’école.  » écrivez vous !

Et en quoi cette « vraie culture » a déserté l’école ? Aurait-elle donc déjà existé ?
C’est quoi pour vous « la vraie culture » ?

L'Ardéchoise
Répondre à  Mordicant
20 jours il y a

Peut-être la culture du jardin de Candide ?
Mais j’en doute…

François-Michel MAUGIS
Répondre à  Mordicant
18 jours il y a

Bonjour, mon cher Mordicant,
Vous me donnez l’occasion de rectifier une erreur de ZINFOS974. Le courrier original était bien signé Docteur Folamour, pseudonyme de l’un des adhérents de notre association Energie Environnement.
En ce qui concerne Freud, je ne vous apprendrais rien en vous disant qu’il considérait les très jeunes enfants comme des pervers polymorphes, ce qu’aujourd’hui, peu de monde comprend. Par contre, en voulant choquer l’opinion publique de son époque très puritaine, il fit avancer les choses dans le domaine de la compréhension de la sexualité et son importance dans la vie d’un être humain.
Pour ce qui est de la vraie culture, vous avez parfaitement raison. Notre adhérent aurait dû parler de culture idéale, qui effectivement n’existe pas. On pourrait cependant en dresser les grandes lignes en disant que ce serait un compromis entre les cultures orientales, gréco-romaines et celles de l’homme des bois, plus près de la nature que l’homme moderne

ture
Répondre à  François-Michel MAUGIS
18 jours il y a

La personnalité de Freud n’est pas très claire.
Et la psychanalyse freudienne lacanienne ou autre, c’est de la littérature, largement contestée par les neurosciences et la neuropsychologie moderne.

Par ailleurs, vous citez Freud en titre sans jamais en faire référence dans votre texte confus.

Il est de bon ton de « cracher sur l’école » . Vous considérez les enfants actuels incultes : comparez les connaissances d’un enfant de 15 ans , aux connaissance qu’un enfant de 15 ans d’il y a 50 ans ?

L'Ardéchoise
Répondre à  ture
17 jours il y a

« L’enfant n’est pas un pervers polymorphe, il est juste prédisposé et peut le devenir sous l’influence de la séduction. » : ce serait la vraie citation de Freud.
Celle citée ici , courte et percutante, se retrouve non seulement dans Wiki, mais également chez des tas d’auteurs ou analystes en tous genres, dont certains sont connus pour leur défense de la pédophilie, que Freud « arrange » bien avec une théorie théorie abondant dans leur sens…

D’autre part, Freud et Lacan sont considérés par d’aucuns comme des mystificateurs, des charlatans.

Que peuvent donc nous « enseigner » le pseudo-auteur de ce billet et son double, « le « Docteur Folamour » , lesquels à quatre mains, aidés par des Finlandais dont on ne sait rien, nous abreuvent de principes vaseux, voire fumeux ?

Mordicant
Répondre à  François-Michel MAUGIS
18 jours il y a

Je ne sais pas comment mon pseudo est devenu « ture »
Une erreur de manip sans doute.

L'Ardéchoise
20 jours il y a

Monsieur Maugis, ou faut-il dire « docteur » ?
Je partage l’étonnement de Mordicant sur le titre de médecin que vous énoncez ici.

En ce qui concerne Freud, vous prenez plus qu’un raccourci, car celles et ceux qui ne le connaissent pas ou ne s’y sont pas intéressé(e)s n’en sauront pas plus long, ni sur ce en quoi il s’est trompé, ni sur ce en quoi il aurait raison.

En tout cas, les étapes de l’enfance pour se construire doivent être respectées, il faut laisser de l’enfance aux enfants, d’autant que tous n’évoluent pas à la même vitesse.
Et cessez, de grâce, d’incriminer systématiquement l’école, qui a sans nul doute une rôle à jouer dans le développement des enfants, toutefois sans remplacer celui des parents !

Omarie
Répondre à  L'Ardéchoise
19 jours il y a

Bonjour L’Ardéchoise,

Ton propos est très juste. J’adhère.
« …il faut laisser de l’enfance aux enfants, d’autant que tous n’évoluent pas à la même vitesse. »

En effet, avec tous les paradigmes sur « l’éducation idéale », on se noie dans un océan de contradictions. On dit qu’il faut respecter le rythme de l’enfant, sa personnalité et en même temps, on applique des méthodes pour l’amener à penser et à réagir le plus tôt possible en adulte. Cela s’appelle « brûler les étapes ». C’est fou tout ce que l’enfant doit assimiler aujourd’hui comme informations, dès le plus jeune âge.

La tendance porte aussi à minimiser l’importance du rôle de la famille, de l’éducation parentale et de l’environnement dans lequel l’enfant grandit. Tout repose sur l’école. Si l’élève ne respecte pas les règles de la communauté scolaire, c’est l’école qui ne sait pas faire son travail. Si l’enseignant.e est agressé.e par l’élève, c’est qu’il ou elle l’a bien cherché. Si un jeune commet des infractions à loi sur la voie publique, c’est que l’école ne lui a rien appris, etc.

Bref, Il faut bien trouver des boucs émissaires à l’échec des pouvoirs publics et de la société en général.

SPARTACUS974
19 jours il y a

J’ai lu et relu ….
Une indigeste digression qui part d’un fait divers exceptionnel et qui voudrait proposer des pistes pour résoudre les maux de notre société .
Rien ne tient debout,tout est bancal et surtout une absence totale de perspectives pour réellement aider ceux qui se perdent.

Gramoune
17 jours il y a

M.Maugis, je me demande si vous avez lu Freud – moi, oui, et même en allemand.
Pour sortir des « généralités » qui ne veulent rien dire, c’est facile. Mais vous savez
sans doute que Freud c’est de la « littérature », sans rien de scientifique, d’ailleurs
n’importe qui peut s’installer comme « psychiatre » et balader des gens contre une
belle rémunération, sans aucune garantie de résultat. Je ne parle pas des médecins
en psychiatrie, qui eux ont suivi un cursus en médecine.

François-Michel MAUGIS
Répondre à  Gramoune
17 jours il y a

Bonjour, à Gramoune et beaucoup d’autres,
Je ne souhaite pas défendre spécialement le docteur Folamour, mais, en tant que président de l’association Energie Environnent à laquelle il adhère, je souhaite exposer mon point de vue.
1 – Réponse à Mordicant – ture : J’irais plus loin que vous. S’il est vrai que Freud est une idole indéboulonnable pour certains, il est considéré par beaucoup d’autres comme un non scientifique ou pire, un incompétent. Cf : « Ces dernières décennies, la réputation de Freud en tant que scientifique a subi des dommages irréparables » SOURCE : https://www.lecho.be/culture/litterature/freud-incompetent/9950152.html
Cela dit, à mon sens, le texte de Folamour n’est pas confus. Il est dense et c’est un choix éditorial, notre but étant de faire réfléchir nos concitoyens et non de leur apporter des analyses ou des synthèses exhaustives. Dans ce type de publication, des textes trop longs seraient indigestes et peu lus. Par ailleurs, il est faux de dire que nous crachons sur l’école. Dans le contexte confus et troublé actuel, elle fait ce qu’elle peut. Nous préfèrerions qu’elle privilégie la qualité à la quantité et qu’elle forme de esprits sains et curieux, plutôt que des bibliothèques ambulantes sans esprit critique. Les mauvaises langues prétendent que l’école gave nos enfants comme des oies, au détriment de leur épanouissement.
2 – Désolé, l’Ardéchoise, vous avez l’esprit tordu. Si l’on reproche à Freud de parler de prédisposition à la perversité concernant les jeunes enfants, c’est que cela nous paraît incongru et mal venu. De plus, vous avez raison, cette affirmation pourrait donner des idées malsaines à des adultes pervers. Vous me faites rire en parlant de principes vaseux. Vous ignorez sans doute que le système éducatif finlandais arrive en tête (étude PISA de l’OCDE). Freud s’est donc trompé sur les prédispositions perverses des jeunes enfants, par contre, comme je l’ai déjà dit plus haut, « en voulant choquer l’opinion publique de son époque très puritaine, il fit avancer les choses dans le domaine de la compréhension de la sexualité et son importance dans la vie d’un être humain ». Enfin, et j’en terminerais pour vous, si l’on accuse de plus en plus l’école de ne pas faire son boulot ou de le faire mal, c’est que précisément, l’évolution socio-économique du monde, avec ses complexités et l’obligation pour beaucoup de femmes d’aller travailler, les parents, eux-mêmes, ont de plus en plus de mal à faire leur devoir de parent. Ce système pervers pourrait fonctionner si l’école prenait un peu le rôle des parents, ce qui n’est malheureusement pas le cas.
3 – Réponse à Omarie : Au travers de ce que je viens d’écrire à l’Ardéchoise, je crois vous avoir répondu.
4 – Même réponse pour Spartacus et Gramoune.

.

L'Ardéchoise
Répondre à  François-Michel MAUGIS
17 jours il y a

Bonjour, Monsieur Maugis.
Merci d’avoir répondu, ce qui n’efface toutefois pas nos désaccords.
L’école n’a pas à prendre le rôle des parents, d’autant que chaque enfa est différent et que devant une classe souvent surchargée l’enseignant ne doit ni ne peut prendre en charge la responsabilité des dits parents dans l’éducation des enfants.
Et je doute fort que l’éducation sexuelle des petitous de 3-4 ans remette en tête au classement PISA l’école française (d’où « principes vaseux ») !
Avez-vous seulement passé une ou quelques journées dans des établissements scolaires ?

Quant à « l’obligation pour beaucoup de femmes d’aller travailler », elle existe depuis fort longtemps.
Simplement, cette obligation n’a pas toujours connu le consumérisme à outrance et les contraintes (vraies ou erronées) qu’il provoque.
De plus, beaucoup de femmes veulent aller travailler, elles aiment leur boulot et n’ont pas envie d’être dépendantes.
Après, il faut être capable d’assumer et d’assurer les rôles d’épouse, de mère et de femme active : ce n’est pas donné à toutes.
Le père aussi doit assumer, cela s’appelle une famille.

Mordicant
Répondre à  L'Ardéchoise
17 jours il y a

« Le père aussi doit assumer. »
C’est bien là que le bât blesse 😳😳

Omarie
Répondre à  François-Michel MAUGIS
17 jours il y a

Etre parent implique un engagement total auprès de l’enfant, au moins jusqu’à ce qu’il devienne adulte. C’est ce qu’on devrait apprendre aux jeunes futurs parents. S’ils arrivaient à intégrer cette notion de responsabilité, ce serait déjà une grande avancée.

Aujourd’hui, il existe des « maisons de la parentalité » avec des professionnels pour accompagner les jeunes parents ou personnes qui ont des difficultés dans leur mission parentale.

On ne peut demander à l’école de relayer les parents. Elle a déjà suffisamment à faire et ce n’est pas son rôle. Il y a une tendance persistante à « déresponsabiliser » les parents qui n’est bonne ni pour les enfants, ni pour les parents eux-mêmes, avec le risque d’accentuer les dysfonctionnements qui existent déjà.

Mordicant
Répondre à  Omarie
16 jours il y a

Vous avez raison : on ne peut demander à l’école de remédier à tous les défauts de la société.
Toutefois, dans son rôle, l’école doit éduquer à l’égalité des sexes (égalité de genre comme on dit maintenant).

Et on peut remarquer que les ministres de l’Education nationale, sous la présidence Hollande, qui ont tenté d’introduire ces notions d’égalité entre filles et garçons ont provoqué une sévère levée de boucliers des associations « bien-pensantes » jusqu’à lancer la polémique de cette fumeuse « théorie du genre ». (Polémique remontée jusqu’au Vatican)

Omarie
Répondre à  Mordicant
14 jours il y a

La lutte contre les discriminations « de genre » et en tous genres devrait être portée par l’ensemble de nos institutions. Bien sûr, l’Education nationale doit avoir sa part mais cela doit être l’affaire de tous.

Mordicant
Répondre à  Gramoune
17 jours il y a

Le psychiatre est un médecin spécialiste diplômé à l’issue d’études universitaires .

pour se qualifier de « psychanalyste » il suffit d’avoir été en « analyse » . Ce titre n’a rien d’officiel. Et malheureusement il est beaucoup présenté comme un spécialiste par les médias !

polo974
16 jours il y a

Donc ici, le soit disant auteur a recopié sans introduction/présentation le texte d’un autre.
Ça s’appelle du plagiat.

La correction à posteriori (2 jours et quelques commentaires après) est bien tardive, de plus juste parce qu’il y avait un questionnement sur la qualité de médecin de l’auteur…

Mordicant
15 jours il y a

Dans votre commentaire de Folamour délirant, vous écrivez à propos de l’école :

 » Nous préfèrerions qu’elle privilégie la qualité à la quantité et qu’elle forme de esprits sains et curieux, plutôt que des bibliothèques ambulantes sans esprit critique. Les mauvaises langues prétendent que l’école gave nos enfants comme des oies, au détriment de leur épanouissement.  »

Ainsi vos critiques prouvent que vous faites partie de ces mauvaises langues et confirmez bien que « vous crachez sur l’école ».

Vous ne faites qu’affirmer (faussement) et sans preuve que l’école « gave les enfants comme des oies » sans apport d’esprit critique.

Connaissez vous les programmes de toutes les disciplines ? Et les instructions qui vont avec ? Certainement pas.

*****
Mais peut-être que vos critiques s’adressent à l’école privée ? Qui, outre la sélection, est spécialiste du bachotage et du bourrage de crâne ?

Dans la même rubrique

Une journée solidaire

Le 15 février 2024 l’association solidarité réunionnaise pour un meilleur lendemain a fait une distribution de denrées alimentaire d’envergure.

Pathétique Poutine ou la maladie du pouvoir

Si je devais évoquer le flair d’un animal face à Poutine, je m’identifierais à un vieux « renard » afin de me rendre compte de sa structure psychologique névrotique complexée sous-jacente. Biden et...

Groupes électrogènes : « Un audit est nécessaire »

Cette lettre s’adresse aux responsables de la Sécurité Civile : l’Etat et les Collectivités. Lors du dernier phénomène cyclonique, des commerçants ont fait la promotion de groupes électrogènes. Anticipant des coupures d’électricité prolongées, des clients faisaient la queue devant certains magasins. La peur des avaries alimentaires a poussé de nombreux Réunionnais à se doter de ce moyen de secours.