Revenir à la rubrique : Social

DRFIP : Cinquième débrayage ce vendredi matin pour dénoncer les suppressions d’emplois

L'intersyndicale Solidaires finances Publiques Réunion/CGTR Finances publiques/ FO DGFIP 974 a débrayé ce vendredi matin devant Champ Fleuri. Objectif : dénoncer les suppression d'emplois.

Ecrit par N.P – le vendredi 03 décembre 2021 à 09H21

Un cinquième débrayage en Intersyndicale Solidaires finances Publiques Réunion/CGTR Finances publiques/ FO DGFIP 974 s’est déroulé ce matin devant Champ Fleuri et réunissait une centaine d’agents venus du site de Champ Fleuri ou de la Direction de Malraux pour dire leur colère et leur incompréhension face à ce qu’est en train de devenir notre service public.

Après la communication par nos bureaux nationaux des chiffres des suppressions d’emplois par région et département, il apparaît que nous perdons encore des emplois. Nous avons peut être limité la casse car le solde est de -4, mais il est trop élevé quand même car il concerne surtout les agents C ( -7) et les A (-2) . 3 postes de B sont créées et 2 de A+. Hors actuellement nous manquons de cadres C de façon dramatique dans nos services, et il est clair que les retours par mutation sur la Réunion des cadres A et C est fortement compromis, malgré leur statut de prioritaires. Il n’y aura pas de mutation en surnombre.

Même si nos interventions et nos actions ont fortement limité les suppressions, c’est tout de même insatisfaisant car on ne peut plus se permettre des suppressions dans la période actuelle , avec les fusions et transformations de service et certaines missions en grande souffrance.

Il est quand même clair que les délocalisations vers la métropole sont à l’origine de ces suppressions et que l’érosion annuelle qui nous frappe régulièrement nous est fortement défavorable . Il est clair que l’on veut diminuer les emplois publics à la Réunion au profit d’une dématérialisation à outrance inadaptée à nos contraintes d’éloignement, de situation économique et sociale d’un DOM et des difficultés d’illettrisme et illectronisme à la Réunion.

Nous sommes le seul DOM à vivre des suppressions d’emplois cette année . La Guadeloupe voit arriver 5 emplois de plus , la Martinique n’en perd pas mais n’en gagne pas , et la Guyane et Mayotte en gagnent chacun 2.

Nous continuons le combat pour nos emplois ensemble, et pour alerter notre Direction.

Ces débrayages ont été un fort moment de rencontres et de discussions et ont donné lieu entre nous à des débats très intéressants . Il faut persévérer, et nous serons entendus à un moment ou un autre. La ténacité , la constance et la détermination sont nos meilleures armes.

L’Intersyndicale

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Débrayage des préparateurs en pharmacie au CHOR

Une vingtaine de préparateurs en pharmacie hospitalière ont manifesté leur colère ce jeudi et ont pris part au mouvement de grogne nationale. Ils demandent notamment une révision des échelons et l’officialisation du diplôme d’État.

L’avenir du Quotidien de La Réunion entre les mains du tribunal de commerce

Alfred Chane-Pane et Henri Nijdam ont défendu leur projet respectif de reprise du Quotidien, mercredi après-midi à la barre du tribunal de commerce de Saint-Denis. Le premier a fait valoir le fait qu’il détenait une imprimerie ultra-moderne, tandis que le second a rehaussé son compte courant d’associés à 1,5 million d’euros. Le délibéré interviendra le 3 avril.