Revenir à la rubrique : Actu Ile de La Réunion

ÉDITORIAL – Législatives 2022 à La Réunion : La Gauche a la pookie dans l’sas

Les appels à l'union à gauche étaient légion au soir de l'élection présidentielle. La promesse d'un front progressiste puissant semblait pouvoir devenir réalité après un premier tour dominé par Jean-Luc Mélenchon à La Réunion. Mais les forces locales de gauche ont du mal à accorder leurs violons. C'est déjà la cacophonie à Gauche, à un mois des Législatives 2022, et on ne parle plus d'Aya Nakamura.

Ecrit par 2029353 – le mardi 24 mai 2022 à 16H44

La Gauche réussira-t-elle l’union sacrée ? Les progressistes pourront-ils renverser les députés majoritairement de droite à La Réunion ? Rien n’est moins sûr à l’heure actuelle. C’est à coup de communiqués qu’a démarré la saga de la campagne des élections législatives à Gauche, qui n’aura sûrement rien à envier à The Marked Heart (série Netflix la plus regardée actuellement à La Réunion.)

L’union par la force

Tout commence quand les représentants réunionnais de la France Insoumise décident de laver leur linge sale en public. Un linge souillé par Huguette Bello selon eux. Un communiqué incendiaire est publié. La France Insoumise avait alors choisi ses propres candidats.

Le désaveu ne se fait pas attendre. Jean-Hugues Ratenon est le mandataire de la France Insoumise pour les élections législatives. Il annonce les noms des sept candidats de la NUPES (Nouvelle union progressiste, écologique et solidaire). Le PLR occupe une place importante malgré la colère des Insoumis contre sa présidente.

Le député de la cinquième circonscription décide de partir en campagne et laisse le soin à chaque organisation politique de défendre son propre candidat.


 

La Gauche dans le multivers

Le Parti socialiste fait partie de l’accord NUPES. Des membres du PS figurent parmi les candidats officiels de l’Union de Gauche. C’est notamment le cas de Philippe Naillet et Vanessa Payet sur la première circonscription.

Mais un communiqué des socialistes vient créer une brèche dans l’espace-temps. Le multivers est né sans l’intervention de Benedict Cumberbatch.

Le PS déplore l’absence d’accord sur certaines circonscriptions et soutient ses propres candidats face à la NUPES. On vous parlera de Jean-Jacques Vlody sur la troisième circonscription. 

Mais il y a aussi l’ancienne et nouvellement socialiste Monique Orphé. Celle qui était candidate à la députation sous la bannière LREM en 2017 mais qui semble retrouver ses couleurs originelles. 

Le PS fait pourtant partie de l’Union de Gauche qui vise à contrebalancer le pouvoir d’Emmanuel Macron. Le parti à la rose choisit tout de même l’inconditionnel soutien de Gilbert Annette plutôt que Frédéric Maillot, le fils prodigue d’Huguette Bello (celui qui ne se fait pas moukater pour son amour des fruits et légumes).

S’unir peut attendre 

Les formations politiques locales ont été longues à la détente. Elles ont officialisé leur alliance deux semaines après l’accord national. La Réunion avait eu le temps de binger tous les épisodes des “7 vies de Léa” sur Netflix où jouent un acteur de Bras-Panon et un Cot grenadine.

L’intrigue se corse quand Jean-Jacques Vlody (John Travolta) se positionne comme candidat NUPES sur la troisième circonscription où Alexis Chaussalet est pourtant officiellement investi…

Union à Gauche au 1er tour : Mission impossible

Il était une fois, dans un passé fort fort lointain, la Gauche voulait s’unir pour les élections régionales de 2021.

La logique était simple. Ne pas rééditer l’erreur de 2010, ni celle de 2015. La désunion à Gauche avait offert deux boulevards à Didier Robert, mais qu’un seul viaduc.

Ils étaient donc 7 candidats de Gauche au premier tour des élections régionales. Tous ont assuré durant l’entre-deux-tours que la stratégie avait été décidée en amont. Celle qui consistait à faire l’union de la Gauche le lundi après le premier tour au lieu du jeudi 6 ans plus tôt. Un coup de maître, parce que ça a marché.

L’art de la désunion du premier tour impressionne

Est-ce que vous vous souvenez quand Jean-Luc Mélenchon avait cité La Réunion en exemple au sujet de l’union de la Gauche aux Régionales ? Celle qui ne se fait pas au premier tour, mais au second tour : « Huguette Bello arrive en tête au premier tour. Les autres ont dit ‘Bon d’accord’ et se sont regroupés autour d’elle. » 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.