Revenir à la rubrique : Politique

Didier Robert, le nouveau leader de la droite

Le député-maire du Tampon est sans conteste à ce jour, la meilleure tête de liste, à Droite, aux dires de ses propres amis. Insensiblement, Didier Robert endosse le costume. Il y semble à l’aise. Mais dans deux ans, il devra choisir entre la pyramide inversée et l’Assemblée nationale “pour continuer à faire gagner La Réunion”.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 15 septembre 2008 à 06H25

Didier Robert est comme l’Alchimiste de l’écrivain brésilien Paulo Coehlo: il poursuit son voyage initiatique vers le trésor qui se trouve au pied de la pyramide… inversée. Plusieurs fois, en regardant l’arbre du voyageur planté non loin de sa mairie du Tampon, il a rêvé au Trésor de la Pyramide.
Dimanche, il s’est mis en route, avec la fausse innocence d’un “i[jeunot]i” et la patience d’un ermite. Au parc Exotica, il a serré presque toutes les mains qui se étaient tendues. Il a répondu à toutes les sollicitations. “i[Venez me voir lundi, à la mairie, vers 11 heures]i”.
Si à l’applaudimètre, René-Paul Victoria et Cyril Hamilcaro avaient également de bons chiffres, Didier Robert a lui recueilli tous les suffrages. Sur le podium, il a su jongler entre pragmatisme et idéologie. Le député a battu la mesure, sans fausse note.
L’orateur s’est fait tribun. Entre Pompée et César, il a déjà fait son choix. Mais, Didier Robert sait que tous les chemins ne mènent pas à Moufia. Aussi, il prône l’humilité et la sérénité, plutôt que l’arrogance et l’impatience. “i[Nous continuons à travailler, le moment venu, le choix s’opèrera de lui même]i”.
Le maire du Tampon a aussi le sens de la formule pour ne pas répondre, avec malice et sourire, quand on lui demande quel sera son choix. Pourquoi, qu’il le veuille ou pas, Didier Robert devra choisir. Et vite. Pour deux raisons au moins.
D’abord pour être crédible dans son camp et ensuite pour proposer une base de départ à ses amis d’Objectif Réunion.
Pour tout le monde, il reste à ce jour la meilleure tête de liste pour son groupe. A tous points de vue.
Ce scénario fait de Didier Robert, le nouveau leader de la droite. Car, Jean-Paul Virapoullé qui a débuté ses consultations, n’a pas vraiment convaincu. “i[Il a rencontré plusieurs élus de droite. Il a fait son mea culpa]i”, mais ça ne suffira pas, dit un élu.
Nassimah Dindar elle, protégée par Paris, est désormais l’adversaire en ligne de mire. “i[Nous, nous situons dans l’opposition au Conseil général]i”, ont rappelé Jean-Louis Lagourgue et Didier Robert.
A moins que La Région ne parvienne à expulser Gilbert Annette et les socialistes de la majorité départementale. “i[On n’y croit plus]i”, dit un autre élu de droite.
A deux ans et demi des élections régionales, le scénario se précise. Trois têtes de liste émergent : Paul Vergès, bien sûr, Gilbert Annette, l’invité surprise (peut-être futur sénateur) et Didier Robert, l’espoir de la droite.
La bagarre s’annonce serrée surtout entre Paul Vergès et Gilbert Annette, un boulevard les sépare désormais.
Didier Robert, lui attend son heure. Sa route, sa rocade, il veut la réaliser à sa manière. Jusqu’à ce jour, cela lui a plutôt réussi.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : Manifestation devant le siège du PS à Ivry

Le conseil national du Parti socialiste se tient actuellement à Ivry où les dirigeants doivent étudier la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre proposée par le PCF et soutenue par la LFI. Le PS a son propre candidat, Olivier Faure. Plusieurs sections du Nouveau Front populaire se mobilisent devant les grilles du siège socialiste ce samedi après-midi pour militer en faveur d’un consensus autour du nom de la présidente de la Région Réunion.

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.