Revenir à la rubrique : Société

Dialyse: L’Aurar lance les consultations 2.0

Alors que le traitement des maladies rénales par dialyse est contraignant, l’Aurar a lancé hier les premières consultations à distance, à savoir les télédialyses. Une méthode qui permet au patient de rester dans son centre habituel, au plus proche de son domicile. La consultation avec le médecin se fait alors par visio-conférence, et le professionnel de santé évalue […]

Ecrit par – le vendredi 09 septembre 2016 à 11H02
Alors que le traitement des maladies rénales par dialyse est contraignant, l’Aurar a lancé hier les premières consultations à distance, à savoir les télédialyses. Une méthode qui permet au patient de rester dans son centre habituel, au plus proche de son domicile. La consultation avec le médecin se fait alors par visio-conférence, et le professionnel de santé évalue en direct tous les indicateurs de la séance de dialyse.
 
Cette dialyse 2.0 vise à développer et maintenir la dialyse de proximité et à diminuer la fréquence, la durée d’hospitalisation et le coût des transports. Pour l’Aurar, « l’usage de la télémédecine apporte une  réponse organisationnelle et technique adaptée au vieillissement de la population et à l’augmentation du nombre de patients souffrant de maladies chroniques ». Elle est également présentée comme « un outil stratégique de développement de l’accès aux soins dans des zones enclavées ».
 
Un investissement de plus de 55 000 euros

Pour ces consultations numériques, l’Aurar a investi plus de 55 000 euros dans l’équipement des centres du sud. Depuis 2014, le personnel a pu être formé par Pierre Simon, past Président de la Société Française de Télémédecine.
 
A terme, une centaine de patients de l’Aurar devraient pouvoir accéder à ces consultations à distance, ce qui aura pour effet de réduire de manière significative les coûts du traitement par hémodialyse (indication des données de séance en temps réel). 
 
A noter également, une Société Réunionnaise de Télémédecine a été créée sous l’impulsion de l’Aurar, affiliée à son homologue national. Le développement de la télédialyse dans l’ouest puis dans le nord-est est programmé à l’horizon 2018.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Salon VivaTech – Maya Césari : « On est le seul stand de cette dimension des départements d’Outre-mer »

Le salon VivaTech, plus grand événement européen dédié aux start-ups, bat son plein à Paris. Au milieu des géants des hautes technologies, une petite dizaine de start-ups péi sont prêtes à démontrer le talent local. Cette délégation a été sélectionnée par la Région Réunion pour représenter les innovations de l’île. Maya Césari, conseillère régionale responsable de l’innovation et de la croissance bleue, explique pourquoi elle a tenu à cette présence réunionnaise.

Salon VivaTech : « La Réunion a sa place dans cet écosystème »

Hanifah Locate, directrice de la recherche et de l’innovation à la Région Réunion, s’est rendue au salon VivaTech à Paris. Elle accompagne une dizaine de start-ups qui sont venues présenter leurs produits et affirmer la volonté régionale d’être un futur hub pour l’innovation.

Bouteille de gaz à 15 euros : La Région va prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année

Les élus de la commission permanente de la Région ont voté ce vendredi une enveloppe supplémentaire de 1,5 million d’euros afin de garantir le dispositif de plafonnement du prix la bonbonne de gaz à 15 euros jusqu’au mois prochain. Si Huguette Bello appelle les pétroliers à une participation à cet effort de solidarité, la présidente de la Région va proposer le vote d’un budget supplémentaire afin de garantir le dispositif jusqu’à fin 2024.