Revenir à la rubrique : Social

Détresse humaine à La Réunion : « Une situation qui empire », selon Momon papa lé là

« La cour des miracles », c’est ainsi que Patrick Savatier, président de l’association Momon papa lé là, définit son association. Même « pour ceux qui ont des maisons et des revenus ils doivent faire face à une situation qui empire ». Il y a « de plus en plus de jeunes, des femmes pour la plupart, qui se retrouvent […]

Ecrit par Karine Maillot – le lundi 24 mai 2010 à 15H48

« La cour des miracles », c’est ainsi que Patrick Savatier, président de l’association Momon papa lé là, définit son association. Même « pour ceux qui ont des maisons et des revenus ils doivent faire face à une situation qui empire ». Il y a « de plus en plus de jeunes, des femmes pour la plupart, qui se retrouvent dehors ou ballottées de foyers en foyers. Certaines sont même obligées d’aller devant un stop à Saint-Denis ou à Saint-Pierre pour pouvoir bouffer tous les mois ». D’autres « échangeraient leur corps contre un repas ». De quoi refléter le désespoir des plus défavorisés.

Chaque jour, l’association reçoit une centaine d’appels. Des gens en détresse qui appellent au secours, mais aussi des particuliers qui souhaitent faire un don, ou même des professionnels tels que les entreprises de bâtiment Holcim et Caroupaye qui fournissent de la matière première et prêtent du matériel pour des opérations de solidarité.

Mais le premier soutien aujourd’hui est celui des bénévoles. Ils sont une soixantaine à travers l’île à donner souvent de leur temps et sont nombreux par ailleurs à apporter un soutien moral via internet (facebook, twitter). D’autres viennent apporter quelques courses en sortant du supermarché…

Une liberté de ton qui dérange

Si la mairie de Saint-André a accordé une subvention de 25.000 euros l’année dernière pour le chantier de la lombriculture, rien n’est gagné cette année. « Notre liberté de ton nous a fait refuser la convention que nous proposait la mairie dans sa forme d’origine ». Patrick Savatier ne veut pas « servir d’alibi à ces gens-là auprès de la population et dire qu’ils font tout ce qu’il y a à faire, parce que ce n’est pas vrai ».

Selon lui, si la subvention était exclusivement destinée à la lombriculture, la mairie aurait greffé sur la même convention d’autres tâches telles que « la distribution de vêtements, d’aliments, l’attribution de logement, maraîchage solidaire ».

Le loyer des locaux de l’association s’élève à 1.500 euros sans les charges. Le foyer accueille sous son toit une trentaine de pensionnaires dont 11 à titre gratuit. Quatre d’entre eux sont sous tutelle et paient un loyer mensuel de 465 euros et d’autres sont en pension complète et paient 615 euros.

Patrick Savatier, victime d’une « paranoïa politicienne » ?

Si l’association avait à sa disposition un local près du stade de la Cressonnière sous l’ancienne municipalité, ce n’est plus le cas désormais. Une certaine « paranoïa politicienne » semble s’être installée chez « des politiques ». En effet, si les aides de quelque nature qu’elles soient seront toujours les bienvenues, Patrick Savatier refuse de vendre sa liberté de ton. Le fait de voter « pour untel ou untel ne doit pas nous couper la liberté de parole », indique le défenseur des plus démunis.

De son côté, le conseil général a donné 20.000 euros sous forme de subvention en 2009. Une aide précieuse que l’association compte bien solliciter à nouveau cette année.

 

Après une vie décousue et trois mois de prison, Abigaëlle revit

Retrouvez en vidéo 2, le témoignage d’Abigaëlle. Agée aujourd’hui de 26 ans, elle a dû partir de la maison familiale à 16 ans et a connu le milieu carcéral pendant trois mois après s’être laissée entrainer par des gens de mauvaise vie, parce qu’ils lui apportaient « une protection ». Pour elle, Momon papa lé là,  qui est son employeur aujourd’hui, est une seconde chance de s’insérer dans la société.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.