Revenir à la rubrique : Social

Des nouvelles de « Martine »…

L'association Momon Papa Lé La nous a fait parvenir les dernières nouvelles de "Martine" (prenom d'emprunt), qui va devoir quitter la Réunion pour échapper à un ex petit ami qui va bientôt sortir de prison et qui continue à la menacer de mort, depuis sa cellule, avec des SMS ou des appels depuis un GSM. Elle a toutes les raisons de prendre ces menaces au sérieux car Martine, sa soeur et sa nièce ont déjà violemment été frappées à plusieurs reprises, notamment avec un nunchaku.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mercredi 04 février 2009 à 13H35

Martine va donc prochainement partir en métropole, via le CNARM, dans le cadre d’une recherche d’emploi.

Trois mois de loyer seront pris en charge et elle va bénéficier de deux mois de tickets restaurant.

Elle sera sur place accompagnée par un « contact » pour trouver un emploi.

Normalement l’association Momon Papa Lé La devrait rapidement lui trouver un studio à 350 euros.

Elle n’a par contre que 400 euros de réserve financière.

L’association a également sollicité le Conseil Général dans le cadre de l’attribution d’une éventuelle aide exceptionnelle. Le CCAS de Salazie a aussi été contacté et Martine est dans l’attente d’une réponse.

Patrick Savatier insiste sur le fait que Stéphane Fouassin s’est fortement impliqué avec son équipe pour aider l’association à trouver des solutions, notamment en intervenant fermement auprès du CNARM. Le président de l’association Momon Papa Lé La souhaite insister sur ce point, d’autant plus fort que Stéphane Fouassin ne souhaitait pas qu’on en fasse état… Ce qui signifie qu’il ne l’a pas fait dans une optique électoraliste, ce qui est à noter.

Patrick Savatier pense, après quelques calculs, qu’il faudrait à Martine une réserve de 3.000 euros pour passer le choc de son nouveau départ.

Si des internautes souhaitent l’aider, ils peuvent prendre contact avec Patrick Savatier au 0692 61 94 51.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.