Revenir à la rubrique : Santé

Dengue à La Réunion : Hausse des cas

Du 27 décembre au 9 janvier 2022, 69 cas de dengue ont été confirmés (contre 45 pour la quinzaine précédente) dans 13 communes de l’île. Le nombre de nouveaux cas est en progression constante.

Ecrit par NP – le mercredi 19 janvier 2022 à 19H44

Des nouveaux foyers de dengue  ont été identifiés dans les régions Ouest et Sud, où plus de 80% des cas y sont signalés.
Cette situation associée aux conditions météorologiques actuelles (chaleurs, pluies)
, favorables à la prolifération des moustiques, laisse présager une reprise de l’épidémie dans les semaines à venir.

La préfecture, l’ARS et Santé Publique France ont le regret d’annoncer un décès supplémentaire survenu au mois d’août  2021 et dont les résultats obtenus récemment permettent de l’imputer à la dengue.

La population est vivement encouragée à maintenir les mesures de prévention. La dengue peut être très sévère voire mortelle.
Afin de prévenir les formes graves, dès les premiers symptômes, les Réunionnais sont invités à consulter immédiatement leur médecin.
En cas d’aggravation de leur état de santé, il faut immédiatement prendre un nouveau rendez-vous.

 

Situation de la dengue au 19 janvier 2022 (données Santé Publique France Réunion, ARS)
Sur la période concernée, les cas de dengue enregistrés se répartissent comme suit :

  • Sud : 46 %
  • Ouest : 38 %
  • Nord : 13 %
  • Est : 3 %

Des cas ont été signalés sur 13 communes situés :

  • Dans le Sud : Le Tampon, Les Avirons, Saint-Joseph, Saint-Louis, Saint-Pierre
  • Dans l’Ouest : La Possession, Le Port, Saint-Leu, Saint-Paul
  • Dans le Nord : Saint-Denis, Sainte-Suzanne, Sainte-Marie
  • Dans l’Est : Saint-André.

Des nouveaux regroupements de cas (foyers de dengue) sont actuellement observés à Saint-Joseph (quartier du Butor) et à Saint-Pierre (Basse Terre les bas).

Recommandations pour se protéger des piqûres de moustiques et de la dengue :

  • Se protéger, y compris durant les 7 jours suivants l’apparition des symptômes pour protéger son entourage (répulsif, moustiquaire…) ; Continuer à se protéger, même si on a déjà été malade de la dengue antérieurement ; plusieurs sérotypes de la dengue peuvent circuler et une infection par un sérotype ne protège pas de l’atteinte par un autre sérotype.
  • Eliminer et vider l’eau stagnante des gîtes à moustiques tout ce qui peut contenir de l’eau chez soi et tout autour de son domicile…
  • Consulter un médecin dès les premiers symptômes fièvre, maux de tête, douleurs musculaires/articulaires, nausées, vomissements… et réaliser le prélèvement en laboratoire d’analyse médicale prescrit par votre médecin pour confirmation du diagnostic de la dengue.
  • Si vous êtes malade de la dengue :
  • continuez à vous protéger contre les piqûres de moustiques et surveillez votre état de santé, surtout entre le 4ème et le 8ème jour de la maladie.
  • consultez votre médecin traitant ou un service d’urgence en cas de dégradation de votre état de santé.

Se protéger des moustiques grâce aux répulsifs et aux moustiquaires

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Vaccin contre le chikungunya : Bonnes nouvelles pour Valneva

Valneva, une entreprise spécialisée dans les vaccins, a partagé des résultats encourageants issus de l’étude pivot de phase 3 pour son vaccin monodose contre le virus du chikungunya.
L’analyse menée six mois après la vaccination a confirmé l’innocuité et l’immunogénicité du vaccin chez les adolescents, renforçant les données positives initialement observées au 29ème jour post-vaccination.

Faute d’accord sur les NAO, la grève se poursuit à Cerballiance

Le mouvement de grève entamé jeudi au sein du groupe d’analyse médicale Cerballiance sera reconduit ce mardi 7 mai. Les syndicats FO et CGTR, qui réclamaient notamment 5% d’augmentation de salaire et l’obtention du 13è mois, ne sont pas parvenus à un accord avec la direction régionale lors de la clôture des négociations annuelles obligatoires (NAO).