Revenir à la rubrique : National

Delphine Batho : « C’est fini la collégialité au sein du gouvernement »

Deux jours après son éviction du gouvernement, l’ancienne ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, a donné une conférence de presse cet après-midi, depuis l’Assemblée nationale, pour expliquer les conditions de son limogeage après ses critiques sur le budget 2014. Delphine Batho a clairement mis en cause les méthodes du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. « Quelque chose à changé […]

Ecrit par S.I – le jeudi 04 juillet 2013 à 18H43

Deux jours après son éviction du gouvernement, l’ancienne ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, a donné une conférence de presse cet après-midi, depuis l’Assemblée nationale, pour expliquer les conditions de son limogeage après ses critiques sur le budget 2014.

Delphine Batho a clairement mis en cause les méthodes du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. « Quelque chose à changé (…) mes demandes budgétaires sont remontées à l’arbitrage du Premier ministre qui procède aux arbitrages sans discussion directe avec les ministres concernés », a-t-elle indiqué. « Mon éviction est aussi un message à mes ex-collègues pour leur dire que c’est fini, la collégialité au sein du gouvernement », a ajouté la député des Deux-Sèvres.

L’ancienne ministre a affirmé qu’« en aucun cas » elle n’avait « manqué de solidarité gouvernementale », en émettant des critiques sur le budget 2014, comme l’avait indiqué le lendemain Jean-Marc Ayrault.

 

Elle a également accusé le gouvernement d’avoir cédé à des « forces économiques » sur les sujets écologiques. « Certaines puissances économiques n’acceptaient pas le niveau d’ambition que je fixais pour la transition énergétique », notamment sur la question du gaz de schiste et la réduction de la part du nucléaire en France, a-t-elle déclaré. « Ces forces ne se sont pas cachées de vouloir ma tête, mais si le gouvernement avait été solidaire, elles n’y seraient pas parvenues », a-t-elle ajouté.

 

Le budget 2014 « marque un tournant par rapport à la volonté de mener à bien la transition écologique. Je n’ai pas accepté cela en silence », a aussi déclaré Delphine Batho, qui a revendiqué un statut de « lanceuse d’alerte ».

« Ce que je n’accepte pas, ce n’est pas de faire des compromis, c’est le tournant de la rigueur qui ne dit pas son nom et qui prépare la marche au pouvoir de l’extrême droite dans notre pays », a déclaré l’ex-ministre PS.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une femme grièvement mordue par des loups dans un zoo

Une femme de 37 ans a été grièvement blessée tôt ce matin après avoir été mordue par des loups au zoo de Thoiry (Yvelines).
La victime, qui avait passé la nuit dans un hébergement hôtelier du parc, s’était levée tôt pour faire un footing et s’était introduite dans l’enclos des loups.

Nouvelle-Calédonie : 7 leaders indépendantistes arrêtés et transférés en Hexagone

En Nouvelle-Calédonie, onze militants indépendantistes kanaks, dont le porte-parole Christian Tein, ont été arrêtés la semaine dernière pour leur implication présumée dans les troubles liés à la réforme électorale.
Parmi eux, sept ont été transférés en métropole pour y être incarcérés, une décision qui a suscité une vive émotion au sein de la communauté kanak et des partisans de l’indépendance.